L’incertain

On ne peut plus tirer de plans sur la comète. A peine cherche t’on une petite météore pour éprouver le moindre frisson de contentement. Ce contentement issu de la prévisibilité mathématique. Tout cela est terminé, fini nada. Nous venons de quitter la ligne droite des certitudes confortables pour nous engager dans les méandres labyrinthiques de l’incertain.

Cela ne t’a pas échappé n’est ce pas… à de rares exceptions prés, celles qui confirment les règles, mise à part la sacro sainte feuille d’impôt qui tombe à l’unisson de toutes les autres en automne, nous ne sommes plus vraiment surs de grand chose.

Faut il s’en plaindre ou s’en réjouir ? Et comment conserver son énergie surtout, comment rester sur les rails des projets que nous avons mis en place en amont des catastrophes ?

Faut il les abandonner complètement ou bien s’adapter avec les moyens du bord désormais. Qu’est ce qui est important ? s’accrocher à un sens ou bien sombrer dans la panique ambiante et entretenue semble t’il.

Quelle boussole pourrait être utile efficace au moment où même le pole nord est en train de se débiner.

Pour cela sans doute il faudrait revenir à la navigation. Et surtout au terme d’estime. Estimer la route sous la voûte étoilée tant que celle ci peut encore nous indiquer un chemin. Et même si celle ci disparaissait, la capacité d’estime ne resterait t’elle pas intacte ?

Estimer de l’intérieur les yeux clos pour trouver les bonnes étoiles comment s’y prendre alors ?

Revenir à l’animal tout au fond de nous qui n’est pas si bête qu’on le dit pour se convaincre d’une intelligence supérieure serait une assez bonne question.

Si l’animal avait cette formidable capacité de se diriger sans faille dans l’incertain étant lui dépourvu de toute certitude, ne les ayant jamais habitées par sagesse.

Dans ce cas alors il serait bon de mettre pour un temps la pensée à la marge et revenir à notre centre névralgique. Le désir et la peur enfin réunis. Et de danser sans doute, de danser au sein même de l’incertain afin de créer par le pouvoir du mouvement du tourbillon les sens qui nous manquent cruellement désormais.

Illustration oeuvre de Thierry Lambert Chaman et peintre

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :