Qui est ce qui tourne en rond ?

La naissance d’un trou noir c’est un peu la même chose. Tout ce qui se trouve à la périphérie est peu à peu englouti, aspiré, sucé par une force centrifuge et vient nourrir le tourbillon, le fait croître. Le trou noir acquiert d’autant plus de puissance, d’importance qu’il absorbe son environnement pour ne plus être qu’un trou magistral.

Mais un trou ça doit bien mener quelque part, un trou dans quoi d’abord ? Un trou dans ce que l’on pense vide n’est ce pas étonnant ? Un trou dans l’espace, un trou dans les pensées n’est ce pas un peu la même chose ? Ces pensées qui finissent à force de tourner en rond à la périphérie d’un vide central finissent par s’y engouffrer pour ressortir autre quelque part dans l’oubli.

Qu’est ce qui tourne ainsi en rond dans certains points du cosmos et dans nos têtes ? Sans doute n’est ce que la face cachée de nombreuses germinations invisibles de prime abord et qu’on appelle l’oubli. Un oubli qui peu à peu nous ramènerait au familier. Pas un familier familiale oh non un familier de tout temps confondus Un familier éternel qui rendrait alors le familier profane à la limite de la caducité. Heureusement que la compassion est l’étincelle qui jaillit de l’autre coté des trous de ver. Il ne peut en être autrement. C’est avec une nouvelle passion que la danse reprend et que l’on tourne à nouveau en rond dans la joie et la paix enfin assemblées.

Illustration Cernunnos dieu Gaulois équivalent à Shiva

Daniélou voit dans ce dieu cornu et phallique une similitude avec Shiva également appelé Shringin, le cornu tous les deux épris de danse.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :