Penser et peindre

Penser c’est placer une distance entre un événement et soi, créer une séparation et une sorte de trou noir qui ne cesse plus de se nourrir de sa périphérie jusqu’à devenir démesuré.

Un mouvement circulaire qui s’effondre au final sur lui-même comme une défaite. Toute l’eau d’un évier disparue par la bonde dans le siphon et au delà.

Je suis souvent tiraillé entre penser quelque chose en peinture, contrôler,maîtriser,dominer et cette volonté d’absence de pensée. D’être mouvement seul. ces peintures du moment illustrent cette lutte ou cette danse je ne sais quoi en dire de plus aujourd’hui.

Ce phénomène déborde le cadre de la toile. Envahit ou plutôt efface tout ce que j’ai cru ou pensé par moment laissant ainsi un espace qui parait vierge comme la toile.

Il faut alors remplir autrement cet espace car il ne peut rester vide.

Le remplir pour le vider encore et encore

Un désespoir tranquille subsiste quand je me pose la question de l’auteur de ces peintures.

Je n’y suis pour rien

J’y suis pour rien

Les deux fonctionnent tellement bien que ça finit par me faire sourire comme un idiot.

2 commentaires sur “Penser et peindre

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :