L’effroi sous la beauté

Dans cette histoire qui aurait pu commencer un jour de pluie, à Paris, rue de Seine, la rue des galeries d’art qui intimidaient et attiraient tout en même temps le jeune homme, il y avait cette vieille femme qui aurait pu passer inaperçue. Sauf que c’était le bon endroit, le bon moment et qu’il ne pleuvait pas encore. Il y avait même une lumière magnifique que se renvoyaient les façades blanches, peignant ainsi le décor idéal, le lieu d’une rencontre.

Chacun dans ses pensées ils se heurtèrent. Le jeune homme s’excusa, la vieille aussi et ils se sourirent sans raison.

Vous aimez l’art jeune homme ?

Il m’intimide beaucoup répondit-t ‘il étonné par la franchise soudaine avec laquelle il avait dit sa phrase.

Elle le dévisagea un instant toujours en lui souriant.

Je suis peintre dit elle enfin et j’expose au bout de la rue quelques tableaux venez si cela vous dit, je passerai la porte la première ajouta t’elle complice.

Le jeune homme eut la sensation un peu désagréable mais assez excitante malgré tout d’avoir été mis à nu en un rien de temps. Sans doute suivit il la vieille dame que pour l’unique raison- c’est à dire le prétexte que l’on s’invente toujours- d’en savoir plus sur lui-même dans cette situation insolite.

C’était une pièce tout en longueur, guère plus qu’un couloir qu’il découvrit lorsque à la suite de la vieille ils pénétrèrent dans la galerie.

Une femme d’une quarantaine d’années assise derrière un bureau se leva en rangeant quelques papiers, pour se diriger vers eux. Un sourire éclaira son visage et elles s’embrassèrent en se donnant l’accolade tendrement. Puis la vieille dame présenta sommairement le jeune homme.

Je t’amène un jeune homme qui erre dans la rue et qui semble intéressé par l’art. Je pense qu’il va bientôt pleuvoir et je n’ai pas pris mon parapluie, tu n’en aurais pas un des fois ?

Elle lui tendit la main et le jeune homme remarqua qu’elle était sèche et chaude, agréable au touché. Puis son regard se posa sur les œuvres accrochées aux cimaises comme on pose une question.

Ce sont des tableaux sculptures réalisées avec du papier que Viviane fabrique elle même dans ses montagnes suisses. Vous ne le savez sans doute pas mais Viviane est une très grande artiste.

Le jeune homme rougit car effectivement il ne connaissait pas Viviane, ni la suisse, ni même ce que pouvait être une œuvre d’art.

Il regarda les œuvres un long moment tandis qu’elles causaient toutes les deux. Elles étaient allé s’assoir dans le fond de la galerie le laissant seul et désemparé face à l’inconnu.

La première impression que ces œuvres avaient sur lui était l’étrangeté. Dans l’éclairage habile qui tombait sur celle ci on pouvait apercevoir en transparence du papier des signes, comme une sorte d’écriture illisible, des traces des empreintes, quelque chose dont la volonté profonde semblait de s’accrocher à l’impérissable dans l’âme du papier qui paraissait si fragile. Cela lui procura une émotion forte sur laquelle il était incapable de poser un nom à cet instant précis.

Il resta ainsi longtemps devant chaque œuvre, aspiré tout entier dans chacune d’elle et toujours la même émotion ressurgissait sans qu’il fut possible de la nommer.

Avez vous des questions ?

C’était Viviane qui se tenait près de lui dans l’attente d’une réponse. Il tourna la tête et la regarda. Il la dévisageait maintenant comme il avait tenté de dévisager chacune de ses œuvres . Mais Viviane ne cillait pas elle semblait à la fois offerte et muette avec un léger sourire au coin de ses beaux yeux verts pales.

Le jeune homme éprouva comme un vertige et se sentit obligé de parler.

C’est très beau dit il.

Et au moment où il s’apercevait de la pauvreté de ces mots il vit l’éclat s’atténuer sur le visage de la vieille dame.

Un jour vous oserez plus dit elle

Puis elle le planta là et sortie dans la rue.

Il la vit ouvrir un parapluie et devenir floue au delà des vitres car effectivement ce jour là devait être un jour de pluie.

Illustration Manteau de papier Viviane Fontaine

Un commentaire sur “L’effroi sous la beauté

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :