Les jours qui filent

Comme un bateau, par tous les temps,

mer calme ou démontée ils filent les jours.

Une étoffe.

Pure soie ou Djinns fantasques issus du coton.

Coton de rester soi.

De l’être déjà.

Qu’il faut laisser tout derrière soi.

Pour repartir de plus belle

Dans l’aujourd’hui.

chaque jour ainsi

un peu d’écume

un peu de sel

Et le sourire

goéland blanc

qui ne se pose jamais.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :