S’exposer

Qu’expose t’on vraiment lorsque vient le moment de l’exposition ? Lorsque le moment de montrer un travail est là. La date si éloignée soit-elle, presque rassurante par le fait qu’elle se tienne éloignée dans le temps, finit toujours par arriver. Demain, tout à l’heure, maintenant j’expose mon travail et je ne sais plus vraiment que penser de cet événement.

Ce qui est compliqué c’est ce déjà vu. Comme une épreuve lue et relue des centaines de fois qu’on ne peut plus voir en peinture sans en percevoir tout le labeur, toute l’imperfection qui réside encore. Sans rater le ratage.

La peur d’exposer c’est la même que de s’exposer à l’inconnu.

Alors le jugement est d’autant plus implacable que tout se tient là figé dans un temps qui n’est plus le même que celui de la peinture.

La peinture s’effectue au présent. L’exposition ne parle que du passé.

Celui que l’on croyait être n’est déjà plus le même. Seul un « presque semblable » une marionnette vient là accrocher ses toiles et échanger quelques mots avec son public.

Un presque semblable, une monstruosité, une singularité.

Accepter d’exposer nécessite alors du courage et une forme d’insouciance pour oublier l’effort produit.

Accepter tout court suffirait.

Dire ok..

Juste être là et observer à la fois tout ce qui se passe dans l’instant entre l’extérieur et l’intérieur.

Etre juste une porte battante entre ces deux mondes.

Un commentaire sur “S’exposer

  1. Merci pour le conseil :

    Dire ok..
    Juste être là et observer à la fois tout ce qui se passe dans l’instant entre l’extérieur et l’intérieur.
    Etre juste une porte battante entre ces deux mondes.

    Je prends note de cette attitude, en faire l’expérience pour la prochaine exposition.

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :