Inutile colère

Je n’aime pas me mettre dans cet état qui me place immédiatement hors de moi. Je n’aime pas me mettre en colère. Avec le temps, avec l’habitude, j’en ai fait le tour. Se mettre en colère s’est s’auto enfiler ni plus ni moins ou enfiler un costume qui ne me convient pas voilà tout.

Mais quelles raisons, s’il y en a qui font que j’ai pu ainsi sortir de mes gonds ? Me dévergonder à un tel point. Quel est donc ce point de rupture avec soi qui m’entraine vers le dehors, juché sur mes grands chevaux ?

Peut-être n’est il rien d’autre qu’un point de fuite. Un point imaginaire sur une ligne non moins imaginaire. La ligne bleue des Vosges, la ligne Maginot ou une autre peu importe… une ligne de séparation d’avec un ennemi, réel ou imaginaire finalement aussi.

J’en ai été capable, tu peux te douter. Je me suis mis énormément en colère dans ma vie. Je ne compte plus les fois.

Mais au bout du compte lorsque je reviens de cet état de colère je suis bredouille. ça ne rapporte rien de bon. Une pure perte d’énergie.

Et puis la cohorte des prétextes a bon dos.

L’injustice a bon dos

l’incompétence a bon dos

la trahison a bon dos

le mensonge a bon dos

La liste n’est jamais exhaustive dans ces cas là. Tu peux prendre une feuille et un crayon et écrire toi aussi la longue liste de tous les prétextes de toutes les excuses à deux balles pour lesquels tu te flanques hors de toi.

La colère c’est un peu le TGV qui mène au divin pour les imbéciles. C’est à dire qu’ils voient la gare mais ils ne peuvent pas sortir du train. Tu vois le truc.

La colère s’auréole de puissance et de gloire mais en fait c’est du plaqué, du toc. Alors pour la valider, pour planquer sous le tapis tout ce qu’on y a découvert comme saleté on peut tout autant couper des têtes que tuer des nouveaux nés, violer des femmes, massacrer encore et encore et les autres et soi-même.

Me mettre en colère désormais que je suis vieux serait comme une sorte de réflexe pavlovien. Je verrais un truc qui ne tourne pas rond et je serais tellement démuni de force et de souplesse que ce serait mon seul recours.

D’ailleurs si tu vas faire un tour dans le premier EHPAD venu tu verras que je dis vrai.

La plupart des communications dans ce genre d’établissement tourne autour du cul et de la colère.

C’est surement pas parce qu’on est devenu vieux qu’on devient sage. La sagesse n’est pas un upcell de la vieillesse.

En vrai et ce qui me concerne ce serait trop facile de dire que je me mets en colère quand je tombe sur une injustice. D’abord pourquoi les choses seraient elles justes ? Et qu’est ce que ça peut bien vouloir dire que cette obligation de justesse ou de justice ? Cette volonté de maitriser mine de rien le monde sous couvert de règles et de lois qui n’ont rien d’universel du tout. Qui n’appartiennent qu’à des ronds de cuir tout en haut dans tous les domaines de l’humanité.

Qui a dit que ce monde devait être juste ? si tu le crois tu as alors toutes les bonnes raisons évidemment de te mette en colère toutes les 5 mn

Ensuite il y a d’autres raisons encore de se mettre en colère.

tu dois planter un clou et tu ne retrouves pas le marteau.

Tu fais un truc et ça rate

Tu loupes ton train

tu es viré de ton boulot à cause de restriction de budget

Tu n’a plus de fric sur ton compte bancaire

Tu apprends que ta femme te trompe

je te dis vrai, les raisons ne manquent jamais pour se mettre en colère, c’est à dire pour découvrir ta vulnérabilité face à la vie en général. Pour te trouver nez à nez avec ta propre incompétence à vivre, à accepter, à refuser.

Et le pire c’est que c’est un réflexe. Un truc insolite arrive et au lieu de l’accueillir gentiment bing tu le rejettes d’emblée et en le rejetant tu te sens obligé de te flanquer hors de toi… n’est ce pas bizarre comme comportement ?

La colère est inutile tant qu’elle ne nous apprend pas notre incompétence dans un domaine qui la déclenche.

La colère est inutile ensuite. C’est une simple sentinelle qui se tient à la lisère de l’ombre et qui te prévient d’un danger au fond de toi même. Il serait idiot de s’en prendre à la colère dans ce cas là . Il faudrait se lever, étouffer les braises qui te font paraitre trop visible dans la nuit, te confondre avec celle ci et observer quel est donc cet intrus, cet ennemi à priori qui marche vers ton territoire. Au lieu de sortir de ce territoire reste plutôt bien campé dans celui ci et accueille ce qui arrive sans jugement au début parce que tu ne sais jamais si tu tires ainsi en aveugle ce que tu risques de blesser. Peut-être même de tuer à l’extérieur ou à l’intérieur de toi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :