Qu’est ce que tu veux ?

A chaque fois que la moutarde lui montait au nez, qu’elle se mettait en boule en me voyant me pointer à sa porte la première chose qu’elle me disait était :

« Qu’est ce que tu veux. »

Et ça m’énervait, me terrassait complètement parce je la voulais elle, je voulais cette vie avec elle et je trouvais ça tellement con à dire qu’évidemment je restais comme un con la bouche ouverte.

« Qu’est ce que tu veux » alors représentait cet épouvantail qu’elle dressait entre nous. Pour que nous puissions nous retrouver il me fallait être clair avec ce que je voulais vraiment. Evidemment à cette époque la clarté des objectifs était pour moi du chinois tout simplement.

C’est en lisant un livre de Brian Tracy  » Goals » ( objectifs en français) que je compris combien la notion d’objectif m’était tellement étrangère. Et c’est à partir de là que je me suis aussi mis à réfléchir à ma vie.

Qu’est ce que je voulais vraiment ? et je me suis mis à tellement tellement à y réfléchir que finalement j’ai laissé tomber cette relation toxique. Qu’elle s’est effilochée dans mon esprit au fur et à mesure que je remplaçais l’incroyable energie que je mettais à la conserver en vain par autre chose.

Si toi aussi tu es dans un tel cas, si tu te réveilles en te disant soudain mais bon sang qu’est ce que je veux vraiment ? il n’y aura pas meilleur bouquin à cet instant pour te guider pas à pas sur la compréhension de ce qu’est un objectif.

La compréhension cependant est une chose, passer à l’action en est une toute autre, c’est souvent là ou le bat blesse. On peut comprendre tout un tas de choses intellectuellement, accumuler une foule d’informations, ce ne sera pas de la connaissance tant qu’on n’aura pas mis un peu d’ordre dans tout cela, tant qu’on n’aura pas élaboré de plans et qu’on les aura testé l’un après l’autre.

C’est difficile de connaitre ses vrais objectifs dans la vie. Mas c’est encore plus difficile de se tenir à ces objectifs une fois trouvés. Surtout à un âge avancé. Car l’essentiel est de désirer atteindre ces objectifs et le temps et le désir ne font pas toujours bon ménage.

Dans le fond il faut évacuer un tas de choses totalement inutile assez souvent et ne conserver vraiment que deux choses : le désir, la flamme et passer vraiment du temps à l’entretenir en s’inspirant continuellement de ceux qui ont désiré la même chose que nous et l’ont atteint d’une façon insolite si possible, et déterminer des objectifs limpides, pour ensuite mettre son énergie dans ces seules choses un petit peu tous les jours.

C’est tellement simple en fait que peu de monde s’y colle. On se trouve en général toujours d’excellentes excuses pour ne pas le faire tu le sais bien. Peut-être parce que dans le fond nous ne savons rien du désir et cela nous flanque la trouille de le savoir et encore moins de ce que peut représenter comme changement radical la réalisation pleine et entière des objectifs que l’on pourrait se fixer.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :