Face à face

Il y a et c’est toujours là quoique l’on fasse

pour fuir l’effroi de sa présence

le risque d’une totalité

D’une grenouille qui voudrait se faire aussi grosse que cet « Es gibt »

Et qui dans « l’étant » s’éponge le front se croyant sortie d’affaire

de l’horreur.

Et puis tout à coup

Tu apparais

Tu es là

Nous sommes face à face.

C’est dans cette éthique originelle

que nous pouvons nous extraire enfin

Nous voir dans l’étant

poser l’être dans la déposition

d’un sourire

La grenouille face au bœuf

Sans fable.

( à Maurice Blanchot et Levinas)

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :