Dénué d’intérêt

Au plus bas ces derniers jours en raison d’une accumulation de soucis matériels et dont je ne cesse de toujours vouloir placer la responsabilité sur moi-même, je suis tenté de me dire assez régulièrement que le hashtag dont je pourrais user pour me définir serait :#denuédinteret.

J’ai tout de même regardé sur le net pour voir si ça existait et à ma grande surprise non.

Cela vient peut-être du fait que je ne maitrise pas du tout la langue. Peut-être qu’on ne met pas l’accent aigu sur « dénué » ni le circonflexe sur l’intérêt.

Bref.

C’est en même temps une sorte de volonté, une obstination à vouloir être à la fois dénué de ce qu’on appelle un « fondement » de façon générale. Et « d’intérêt « comme étant cette plus value qu’il faut apporter absolument pour attirer l’attention.

Cela m’a toujours posé énormément de problèmes à certains moments de ma vie, mais j’ai vraiment tenu bon.

Je peux être fier dans une certaine mesure de me considérer parfaitement dénué d’intérêt.

Ca n’empêche pas le désir, ça n’empêche pas non plus de peindre, ça n’empêche pas d’écrire, de vouloir s’exprimer.

En terminant le dernier podcast que tu peux retrouver sur ma chaine YouTube je me suis demandé si je n’avais pas poussé le bouchon un peu trop loin. Si je n’avais pas exagéré.

Dans l’obstination à ne pas vouloir respecter tout un corpus de règles, nécessaires à appliquer vis à vis d’autrui lorsqu’on s’adresse à elle, à lui.

Cette obstination n’est pas motivée par un but à atteindre. Elle provient d’une fatigue. Peut-être que s’il fallait absolument évoquer un fondement malgré tout ce que je viens de dire, ce serait cette fatigue.

Elle n’est pas due à l’âge, ni à la mauvaise qualité de mes artères.

Elle vient plutôt d’une prise de conscience, et ne cesse plus de s’en nourrir ces derniers jours.

Ce sentiment de ne jamais être à la hauteur que je traine avec moi depuis l’enfance et contre lequel je n’ai jamais cessé de vouloir lutter en même temps que de me hisser à je ne sais quelle hauteur.

C’est évidemment totalement absurde.

Et puis je me suis souvenu de Jean-Pierre Reynault. Ses pots de fleur et ses sens interdits, son carrelage blanc avec des joints noirs.

Et du coup j’ai revisité un peu son histoire. Rassure toi je ne vais pas grossir l’article de digressions. Tu pourras facilement trouver sur Youtube des vidéos où il te la racontera lui-même.

Dans l’une de celle ci il parle de la façon dont il est venu à l’art. Il n’était pas destiné du tout à devenir artiste mais jardinier, ou horticulteur. Et puis un beau jour il a ressenti une envie violente, insupportable de vouloir s’exprimer. Il a fabriquer un « bidule » avec un sac de ciment, des pots de fleurs et de la peinture rouge. Et puis quelques jours après il a piqué une pancarte de sens interdit parce que c’était ce rouge là précisément qu’il cherchait.

Bref tu écoutes ça tranquillement et tu te dis … c’est un artiste contemporain et je vais passer à autre chose rapidement…

Mais bon quelque chose m’a obligé à continuer d’écouter son récit. Une connexion particulière avec le bonhomme, avec son émotion. Un écho de la mienne surement.

Et j’ai compris qu’il s’en fichait d’être considéré comme « artiste » que ce n’était pas cela le plus important pour lui. Pas plus que l’argent que l’on peut retirer de son art.

Tout cela lui paraissait totalement dénué d’intérêt et justement ça m’a plus sans doute à cause de ça.

La connexion se situe exactement là dans le désintérêt de plus en plus profond pour tout ce que j’avais pu croire à certains moments de mon existence sur l’art. Heureusement je me suis bien amélioré depuis.

Je préfère laisser l’art à ceux qui adorent se gargariser en en parlant. A ceux qui ne font que répéter les mêmes choses tout le temps sur tous les tons. Cet art destiné à grossir les rang de la marchandise finalement.

La fatigue vient de là.

Et le bonheur, la libération également.

Ces deux années qui viennent de s’écouler j’ai passé des heures et des heures à chercher des stratégies pour vendre mes tableaux sur internet. De façon parfaitement candide je ne me suis pas rendu compte que j’étais dans une bonne mesure en train de marcher à l’envers de moi-même.

Je comptais sur un savoir appartenant aux autres et sur la croyance que je ne sache rien.

Mais en examinant minutieusement tout cela en me rendant compte de tous mes empêchements chroniques à mettre en place tout ce que j’ai pu glaner au travers des multiples formations que j’ai étudiées, la vérité est que j’en sors aussi bête que lorsque j’y suis entré.

Toutes ces formations ne me servent à rien.

Mais j’ai cru à un moment qu’elles pouvaient avoir un intérêt. Quel intérêt au final ?

Gagner ma vie.

C’était trop beau évidemment pour être vrai et c’est surement pour m’engouffrer dans ce rêve que j’ai suivi toutes ces formations.

Pour être vrai pour moi.

La véritable raison ce n’est pas qu’elles sont dénuées d’intérêt.

C’est plutôt moi qui n’arrive plus à accrocher cette notion d’intérêt à mes tableaux.

je veux dire le fait d’en tirer partie. De me tirer d’affaire aussi quelque part.

Peut-être que c’est facile d’utiliser toutes ces connaissances pour se faire connaitre, pour attirer des clients, pour vendre son travail.

Peut-être que cette facilité me fait entrer à nouveau dans une sorte de culpabilité.

Ce serait trop facile.

Et puis ces journées sont tellement chaotiques, tellement bizarres que je me sens totalement capable dans une heure de penser tout le contraire de ce que je viens de dire.

Cette responsabilité dont je parle au début de ce texte j’ai tellement de mal à l’assumer

peut-être parce que je sens que je ne suis pas le seul responsable de ce désastre désormais.

C’est toute une façon de penser la société qui en est responsable au travers de moi.

Et dont je m’acharne à me dégager à grand peine depuis toujours souvent en vain.

Illustration « Autoportrait » JP Reynault

Un commentaire sur “Dénué d’intérêt

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :