Etre timoré.

Nous buvons des coups avec Richard tout en lisant le dictionnaire durant l’hiver 1985. Nous sommes installés dans sa salle à manger bien emmitouflés dans des couvertures car le froid est particulièrement intense cette année là. Et en reposant son verre de Payse avec agacement il m’avoue qu’il me trouve particulièrement timoré. Une fois encore j’ai trouvé un tas d’excuses pour ne pas vouloir rencontrer ce type qu’il veut à tout prix me présenter pour « entrer » en Franc maçonnerie.

Mais je refuse à chaque fois. C’est comme on dit plus fort que moi.

Qu’est ce que tu peux être timoré !

En repensant à cette petite scène, en retrouvant par hasard ce mot « timoré » je ne suis pas en peine de lui associer de nombreuses autres scénettes de ma vie passée. Proust avait une madeleine pour retrouver tout son « temps perdu », moi je peux facilement utiliser ce mot pour parvenir au même résultat. Toute déférence gardé pour le talent de Marcel évidemment.

J’ai déjà évoqué la puissance infinie de l’inertie dont j’ai pu user et abuser dans ma vie, mais il me semble qu’en m’aidant du mot timoré je pourrais aller encore un cran au dessus. C’est à dire non pas me sentir coupable de quoi que ce soit mais plutôt de tenter de me comprendre encore mieux.

Pourquoi ai je donc été timoré si souvent … C’est comme si une force implacable me clouait dans l’immobile et m’empêchait à chaque fois de dépasser ce que l’on appelle de la timidité.

En recherchant la définition exacte du terme je suis tombé sur un étrange article de Wikihow ( https://fr.wikihow.com/%C3%AAtre-timor%C3%A9) qui enseigne aux filles la façon d’avoir l’air timoré pour séduire les garçons et dont voici le préambule…

Vous pouvez être timoré(e) de plusieurs façons, que ce soit dans votre vie amoureuse ou dans celle de tous les jours. Cela peut vous aider à attirer un homme ou rencontrer des amis intéressants. La timidité est une recette de longue date pour attirer les hommes. Certaines femmes sont naturellement timides, mais d’autres doivent apprendre à l’être. Il est facile d’adopter une attitude timorée si vous suivez ces méthodes simples, que vous cherchiez à attirer un garçon, à garder votre petit ami sur les charbons ardents ou changer votre comportement dans la vie de tous les jours

Evidemment j’ai ri.

Puis une fois mon calme retrouvé je me suis interrogé sur ce potentiel de séduction que l’auteur de cet article associait au mot timoré.

Evidemment je ne cherchais pas à séduire qui que ce soit dans mon souvenir. C’était plus une sorte de crainte irréfléchie, une émanation de la timidité maladive dont je suis l’objet depuis toujours et ce encore aujourd’hui malgré tous les efforts que j’ai pu faire pour m’en évader.

Mais je n’avais jamais pensé qu’elle puisse avoir comme objectif d’être séduisante, et finalement plus je me suis mis à y penser plus j’ai trouvé cette idée évidente.

Si être timoré c’est vouloir séduire on n’en est pas conscient. Ensuite qu’on puisse s’éveiller à cette utilisation plus ou moins bénéfique de ce que l’on considère à priori comme un handicap est encore plus interessant.

Reste à savoir qui on cherche ainsi à séduire ? et là j’ai un soucis car je ne vois personne.

Aurais je été timoré à vide ?

Et peu à peu en laissant reposer cette confusion au fond du verre dans l’attente qu’elle devienne plus claire, j’ai eu envie de crier « Eureka. »

Sans doute que cette position du timoré qui ne s’adresse à personne est orientée vers quelque chose d’invisible, aussi invisible que l’essentiel dont parle le Petit Prince.

En refusant ainsi toutes les opportunités je me suis retrouvé dans la même quête que celui qui clame son athéisme à seule fin que Dieu lui prouve enfin son existence.

Une sorte de mise en demeure vis à vis du destin également.

En refusant ainsi toutes les soi disantes opportunités inconsciemment ce qui m’aura valu d’être traité souvent de trouillard, de couard de pusillanime je n’ai fait comme on dit que de tenter le diable.

J’ai souffert de tous ces qualificatifs évidemment et suivant telle ou telle période de ma vie j’ai pu totalement m’y associer. Et ainsi avoir vraiment une pale image de moi-même.

Jusqu’à ce que je fasse retour vers l’intérieur, que je m’enferme et ne veuille plus voir qui que ce soit. Cela dura une dizaine d’années environ. De chambre d’hôtel en chambre d’hôtel en m’accrochant à mon stylo ou à mon pinceau dans un anonymat de cathédrale.

Et puis un jour je suis ressorti je ne sais comment de cet état. Je suis toujours timoré là dessus je n’ai pas changé. Je cherche toujours quelque chose d’autre que ce que l’on m’offre d’emblée, que ce soit les autres ou la vie. Cependant qu’il n’y a plus cette violence avec laquelle je m’efforçais à écarter les « chances » comme autrefois.

A chaque fois je me pose la question du besoin. Ai je besoin de cette chance en ce moment? et évidemment le temps que je prends pour y répondre, la chance est allée voir ailleurs. Et j’en souris bêtement comme un fou, un idiot, ou un sage va donc savoir.

Un commentaire sur “Etre timoré.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :