Ecrire comme un pied

Au temps des troquets enfumés et joyeux, à la sortie de la rue Quincampoix, quelque part par là.. « la petite pinte » ou rue des Lombards, j’ai la mémoire qui flanche comme toi ma jolie Jeanne, il y avait de jeunes cons. J’en faisais partie, je le revendiquais. Crier haut et fort aux vieux cons qu’on sait tout mieux qu’eux, nous autres les poètes, habiles en métaphores.

L’un d’entre nous m’a dit « tu écris comme un pied »… je me suis caressé la barbichette quelques instants pour me demander si je voulais avoir l’air vexé, blessé, ou en colère.

Mais je me suis déchaussé et empruntant son stylo l’ai coincé entre deux orteils.

Merci pour ton avis ai je dit, par toi la providence s’exprime et je la remercie !

Et c’est comme ça que je me suis mis à écrire comme un pied, pas plus compliqué que ça.

Et d’ailleurs je ne suis pas le seul à m’exprimer ainsi

De nombreuses dames prenant les choses comme je le fais souvent, par dessus la jambe, n’hésitent pas quand l’ennui vient, d’user du pied comme d’une plume, pour ébaucher des p’tites histoires, sous les grandes nappes blanches ou vichy de ma mélancolie.