L’esprit gaulois

Quand je vois tous ces pisse-froid qui font la gueule pour un oui pour un rien, quelque chose se révolte en moi. Et à ce moment là surtout ne me cause pas d’Alésia. L’esprit Gaulois me rend affreux à cet instant là.

Toutes ces tronches tristes, ces silhouettes sans vigueur qui s’obstinent à la tristesse sans fondement, c’est là d’ailleurs leur seul et unique problème.

La confusion de toutes ces caboches qui aussitôt qu’elles aperçoivent un cul le confondent avec leur fondement disparu.