Avoir de la suite dans les idées.

Signe de constance, de fidélité et donc inspirant la confiance, c’est l’observation d’une suite dans les idées, au moins une idée et c’est déjà gagné.

Alors qu’avoir une idée est une véritable désolation.

Une idée comme une perruche en cage.

Je ne tiens aucune idée. Je n’en n’agrippe aucune. Les idées sont libres de me traverser comme ça leur chante.

Tout comme je suis libre de leur prêter de l’attention, de les nourrir au passage ou de m’en désintéresser parce que je les découvre soudain grises, déjà mâchées et remâchées par tant de ciboulots de langues et de palais, sonnant comme autant de cloches les cordes vocales de mes congénères. De la bouillie d’idée, de la pitance d’idée, de l’ectoplasme et puis rien d’autre.

Quand je suis en forme je mets les doigts dedans. Dans tout ce fatras, ce dégueulis.

Allo là dedans y a t’il encore de la vie ?

Et je reste silencieux un moment devant tout ce vomis.

L’odeur me rentre dans les narines et fait son chemin, je reste zen.

Souvent il faut partir du nauséabonde de l’insoutenable, du puant d’une décomposition ou d’une putréfaction.

Et souvent en revisitant cette boue, je la vois s’envoler soudain, l’idée. Est t’elle neuve ou originale dans le sens d’être enfin débarrassée de ses entraves ? Elle brille et s’ébaudit en tous cas dans l’esprit qui la surprend ainsi.

Hildegarde de Bingen dans ses études m’aura beaucoup appris en établissant toute sa série d’observations sur la mort humide et la mort sèche. Là on peut dire qu’elle aura eut une sacrée suite dans l’idée d’étudier les différentes manières de se dissoudre par exemple. Et ce sans ciller, d’une façon d’autant plus détachée de ce que le commun des mortels peut inventer comme effroi, comme fuite pour échapper à l’idée de la mort et de la pourriture inéluctable de la matière, qu’elle possédait la foi.

Avoir la foi, cette confiance inébranlable permet t’il d’avoir autant de suite dans les idées ?

Et du coup est ce que ce n’est pas cette absence désormais qui provoque un tel désordre, des comportements erratiques, et l’illusion de pouvoir avoir la moindre idée ?

Je me demande…

2 réflexions sur “Avoir de la suite dans les idées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.