La première fois

Il était une fois, la première fois, et c’est la seule vers laquelle je reviens pour la débarrasser de tant de mensonges que l’adulte accumule par la suite sans même s’en rendre compte. Cet adulte totalement immature. Cet adulte qu’on cherche à devenir alors qu’on est ce qu’on est ce qu’on a toujours été et qu’on sera toujours.

La première fois il n’y avait pas cette fatigue de toutes les fois suivantes. La première fois où le regard se pose sur l’eau du fleuve, sur le bleu du ciel et le nuage qui en grand maitre informe de tous les risques d’évasion possibles.

La première fois l’eau est l’eau, le ciel est ciel et le nuage est le mensonge visible.

Il était une fois et c’est toujours la seule. Et à partir de celle ci le nuage se transforme en mille tètes de chevaux de chiens et de loups. Le nuage nous informe de ces milles et une richesses que nous possédons et ne servent pas à grand chose, sauf à nous évader de cette première fois.

J’étais sans mot, bouche bée au contact direct cette fois seulement.

Et j’étais seul évidemment.

Je le suis toujours c’est le seul lien qui me reste avec cette première fois.

J’ai traversé la solitude pour la retrouver et te le dire.

Tu l’as peut-être oubliée.

La première fois que j’ai vu ton regard j’ai vu à quel point tu t’étais perdue dans le mensonge.

Je n’ai rien dit je suis resté bouche bée devant ton égarement.

Semblable au mien jadis et à tous ceux qui seront là demain.

La première fois que j’ai tenu ta main j’ai senti ton sang battre comme si c’était le mien

dans l’éblouissement muet de la tendresse muette.

La première fois que tu es partie j’ai senti la douleur comme un arrachement majeur

Et les accords grinçants des mots d’excuse, des mots d’explications m’ont offert

la connaissance plus profonde du silence.

La première fois que j’ai perçu ton silence derrière tout ce que tu me disais

Je suis resté là bouche bée décontenancé.

Il était une fois une tentative, la première, une tentative de donner pour donner

Sans rien attendre qu’un silence derrière tous les mensonges

qui guérirait le temps.

Il était une fois le premier échec inaugural de milles recommencements

Dans le lit desquels la réussite algue ou coquillage était pur hasard

Trouvaille et chance

Combien de martingales m’auras tu soufflées pour me donner l’espoir du changement

Pour que j’entretienne ce présent sous perfusion.

Il était une première fois et ce fut ce jour où je ne t’ai plus vue.

Les yeux gris bleus grand ouverts soudain sont devenus vitreux.

Ta main froide, puis glacée

ne restait plus désormais qu’un véhicule abandonné sur la chaussée

Ce qui est vie partie voir ailleurs

Je suis resté bouche bée quand je t’ai vue partir

Ne reste que tout ce silence désormais entre les pensées les mots, les cris et les pleurs échangés

et le bruit fracassant de ton sourire

de mon sourire

comme un coup de tonnerre, la première fois.

Une réflexion sur “La première fois

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.