Pourquoi être con comme Machiavel ?

Il disait qu’il ne fallait surtout pas montrer la moindre émotion, pas même ses 5 doigts cet homme là. Machiavel. Tout ça pour quoi je vous le demande ?

Et c’est au bout de cette question que je me suis souvenu de ces crocus que j’avais découverts dans le petit cimetière juif de Prague.

Nous étions face à face dans l’autobus sur la ligne 76, avec cette inconnue au regard si triste. J’étais parti pour rejoindre la gare de Lyon à pied mais il s’était mis à pleuvoir et, ce jour là, la pluie m’avait paru incongrue, j’étais plutôt joyeux dans le fond.

Du coup, concours de circonstances agréable je m’étais engouffré dans ce bus qui arrivait pile poil au moment où je cherchais à m’évader de l’incongruité.

Il y avait peu de monde en cette fin de matinée. Et puis, à l’arrêt suivant, l’inconnue est montée et s’est installée sur le siège vide devant moi. J’avais senti ma bulle envahie par la sienne. Une intersection de bulle dans la chaleur du bus avec la pluie glissant le long des carreaux et la ville floue au delà. Une sorte d’intimité soudaine qui s’installe sans un mot, juste un bref échange de regards.

Elle avait vraiment le regard triste.

visage femme regard triste acrylique sur papier format 30x40 cm Patrick Blanchon 2021
visage femme regard triste acrylique sur papier format 30×40 cm Patrick Blanchon 2021

Et moi je me retrouvais juste à ce moment là dans le quartier Josefov dans une vieille ville de République Tchèque à contempler des tombes défoncées par les années, surpris soudain par 4 ou 5 crocus qui sans doute réveillaient à nouveau la joie que j’avais perdue de vue quelques instants.

Je me disais que partager ce souvenir pourrait être un remède à la tristesse de cette inconnue. Mais la pudeur, et puis le temps, je me souviens que j’ai pensé au temps à cet instant là précisément. Cela prend un temps fou une rencontre n’est ce pas.

J’ai continué à penser à mes crocus, petites taches de couleurs revivifiantes au beau milieu du ghetto juif et de nos deux bulles de solitude accolées.

Et puis je suis revenu à mes premières pensées sur cet homme qui ne voulait pas même montrer ses 5 doigts. A Machiavel.

Pourquoi être con comme Machiavel ? je me suis dit

Et là j’ai dit : » il y a des crocus dans le cimetière juif de Prague, dans ce quartier de Jesofov que vous ne connaissez sans doute pas … « 

Les yeux tristes se sont métamorphosés soudain et l’incongruité enfin eut toute sa raison d’être. Après l’étonnement, elle se mit à sourire puis à rire franchement.

Et puis le bus atteint la destination que je briguais et j’ai dit bonne journée ma jolie en me levant en ajoutant en guise d’adieu un petit signe de la main.