Intégrismes

En lisant un article dans un célèbre magazine féminin sur l’intégrisme et la foi , on découvre ,selon la journaliste, que celui-ci ne serait qu’une réaction à la révolution sexuelle et féministe:

 » C’est parce qu’ils perdent le contrôle sur les femmes que tant d’hommes se découvrent subitement croyants et attachés à l’ordre patriarcal que beaucoup d’institutions religieuses protègent comme un sacrement et à qui les intégristes vouent un culte ».

Et de poursuivre avec des exemples regroupant pèle mêle des beaufs américains rassemblés sur les gradins des stades de foot et des juifs remerciant l’Eternel de ne pas les avoir « crée femmes » sans oublier bien entendu les fanatiques musulmans qui rêvent d’innombrables vierges dans l’au delà tout en affublant celles qu’ils côtoient ici bas de tentures et de rideaux pour les rendre invisibles.

Silhouette acrylique sur toile format 40×40 cm Patrick Blanchon Collection privée

Cependant ne peut-on pas imaginer que nul ne sait plus vraiment où commence la religion et où s’arrête la bêtise ? Et comment ne pas voir que désormais celle-ci ne consiste plus qu’à se relier coute que coute à quelque chose et peu importe quoi dans le fond, que ce soit un Dieu barbu, un totem, une idée, une série télévisuelle, ou une marque de lessive, et au risque d’en offusquer encore pas mal, le féminisme lui même.

A partir du moment où on s’invente un dogme et que l’on finit par y croire , l’hystérie n’est jamais bien loin.

Il s’agit bien plus que toute autre velléité de noblesse ou de raison, de canaliser la violence qui est la chose la mieux partagée du monde désormais et qui aura depuis belle lurette détrôné le bon sens.

Que l’on s’insurge suffit désormais à poser sa femme ou son homme. Peu importe contre quoi, on sera bien capable en temps voulu de créer des raisons à cette insurrection.

Puisque tout ou à peu près est devenu religion désormais, l’élaboration d’une recette de cuisine, le ménage effectué dans un esprit japonais et minimaliste, la philatélie et le féminisme pourquoi pas lui aussi, la liste des intégrismes qui accompagne ainsi chacune de ces religions devient de plus en plus longue chaque matin.

Le discernement n’est sans doute plus ce qu’il était et lorsqu’il existe encore c’est pour apporter de l’eau à chaque moulin à vent qui semble ne pas en avoir besoin.

Face à ce constat on peut se sentir désabusé pour le moins. Et le conseil que je donnerais c’est de ne pas trop montrer ce désabusement en public de manière frontale.

Sans doute qu’un tel désabusement exprime les raisons profondes, hors de toute religion comme de tout carcan, qui poussent celui qui écrit ces lignes. Faut-il rappeler à chaque nouveau texte, le rabâcher qu’il n’est qu’un narrateur , un personnage fictif, dont le rôle- attribué par son auteur- est de s’écarter de la meute ou y revenir par ses récits.

Sans doute que le but premier est de montrer sous forme de textes à l’apparence biographique comme fictive, souvent en les mêlant, le trouble collectif dont est victime notre société. Une société perdue dans le no man’s land qui s’établit entre réalité et fiction. Une sorte de trou noir dans lequel peu à peu la sacro sainte raison se repliera sur elle même, s’effondrera, tout en se densifiant de plus en plus autour du dogme, la seule solidité au final à laquelle elle semble en mesure de s’attacher désormais.

Ces récits sont autant de coups d’épées dans l’eau face à l’aveuglement ordinaire, aux faisceaux de projections personnelles de chaque lectrice ou lecteur et sur lesquels ils s’appuieront afin d’en distinguer un sens qui leur convient. Il est même possible qu’ils déclenchent des réactions contraires le plus souvent à l’intention de l’auteur. Ce qui au final n’est pas bien grave tant que le bucher n’est pas remis au gout du jour, et que le ridicule ne tue plus. Pour combien de temps encore ? nul ne le sait tant l’histoire de la bêtise et de l’intelligence est cyclique.

Une des grandes découvertes que la mécanique quantique nous aura apportées c’est que nous sommes partie prenante de notre réalité, c’est nous qui l’inventons avec toute la cohorte de raisons comme de mensonges nécessaires à son élaboration puis à sa concrétisation. Rien ne semble échapper à cette loi quantique qui dit que les choses sont à la fois, partout, et nulle part en fin de compte. Pas plus l’idée de la liberté que celle de l’enfermement.

Alors pour s’extraire de l’intégrisme naturel et général il convient de rester vigilant afin de ne pas s’égarer dans de nouveaux carcans, de nouveaux miroirs, du bruit qui ne sert qu’à dissimuler toujours qu’un profond silence.

5 réflexions sur “Intégrismes

  1. Bon jour Patrick,
    Il y a comme un brouhaha ambiant … normal, les référentiels de bases n’existent plus … tout le monde a sa vérité … résultat on est tous dans des canots de sauvetage … 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 2 personnes

Répondre à Patrick Blanchon Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.