La retraite de l’ange

Il exerça durant plusieurs vies le métier d’ange psychopompe. En cotisant régulièrement à la sécu du Ciel, à la mutuelle de la Terre. Ah ça on ne peut dire qu’il ne lésina pas. Il n’aurait pas été honnête s’il n’avait pas tout donné, tout sacrifié de sa personne. Chacune des défuntes et chacun des défunts lui en sont certainement encore gré.

Et puis un jour, un jour comme celui-ci, une belle journée il fut admis à la retraite . Une bafouille laconique avec tout en bas le résultat d’un calcul d’apothicaire.

Fini d’accompagner les mourants !

Il ne fut plus que le seul à s’accompagner. Et pour ce faire, tout au fond de lui il piocha dans le savoir faire, cette expérience qu’il avait patiemment acquise.

Et puis un matin on sonna.

Un jeunot avec des ailes immaculées sur son seuil.

Coucou c’est moi, t’es t’y prêt il est temps d’y aller…

Et là il ne su sur quel pied danser.

Ce qui était sur c’est que les us et coutumes avaient drôlement changé.

Et il fit ce qu’il avait toujours fait

bon cœur contre mauvaise fortune

On ne se refait pas.

(Turquie) Istanbul – Basilique Sainte-Sophie (Constantinople) – L’archange Gabriel, sur l’arc devant l’abside où était situé l’autel, dans la bêma. Seconde moitié du ixe siècle.

Toutefois dans une version plus ancienne, il semble que la fin soit totalement différente. L’Ange psychopompe toisa le jeune con

et l’affubla de tout un tas de noms d’oiseaux eu égard à son aspect désinvolte, sans aucune pompe.