Le vide et le plein

Quelques semaines que je me cantonne à la réalisation de petits formats. Comme il faut quelques contraintes j’ai décidé au début de ne pas utiliser de bleu et de ne travailler qu’avec de l’ocre, du vermillon du noir et du blanc.

Mon idée était de travailler à la fois la composition et la nuance des couleurs de façon à ce que ces petits formats soient attractifs vus de loin. Que l’on ait envie de s’approcher d’eux. J’avais donc la contrainte et le but, ce n’était pas si mal. Ensuite je pourrais disserter durant des heures et de façon psychanalytique évidemment sur les formes, sur ce que tout cela représente ou ne représente pas, cela n’a pas grand intérêt.

Une chose que j’ai retenue c’est que plus le format est petit plus le rapport entre vide et plein est important à trouver.

Cependant le plaisir de découvrir toutes ces couleurs, toutes ces nuances et de les apposer les unes à coté des autres m’aura fait oublier cette dernière contrainte.

Finalement la peinture ressemble beaucoup à l’écriture.

Ca ne sert pas à grand chose d’avoir beaucoup de matières beaucoup d’idées et de toutes les étaler en même temps.

A trop vouloir en dire on finit par ne plus rien dire du tout.

Cela me laisse un sale gout dans la bouche.

Mais en même temps il y a là matière à réflexion et à travailler d’autant plus.

Supprimer tout ce qui n’est pas essentiel demande de savoir au préalable ce qui l’est vraiment.

Peut-être que tout ce désordre, ce coté brouillon dans lequel je ne cesse jamais de m’engager dans tout travail de peinture ou d’écriture n’est que la répétition perpétuelle d’une recherche d’essentiel.

Cependant je m’arrête souvent avant de l’avoir découvert cet essentiel comme si je ne voulais au bout du compte pas le voir. Comme s’il allait me flanquer, sitôt aperçu, sur une mauvaise piste. Comme si soudain j’allais surtout perdre tout plaisir de désordonner le monde.

Le plaisir du désordre et l’austérité de l’essentiel.. ce serait donc ainsi que je vois les choses ?

Alors que la plupart des personnes me diront que c’est tout l’inverse bien sur …

Cet équilibre du vide et du plein c’est aussi celui que je m’inventerais alors entre ordre et désordre, entre s’exprimer et ne rien dire.

En rephotographiant ces tableaux avec un bon appareil et en utilisant un logiciel de traitement d’images je les redécouvre tout à coup. J’effectue des sélections, des recadrages dans cette parole ininterrompue que représente la peinture.

Cela pourrait très bien être un vrai travail que de partir de ces fragments pour réaliser de grands formats.

Je suis sur un fil en plein vent au dessus des gouffres. Je vacille perpétuellement dans cette quête d’un équilibre qui au bout du compte me procurerait cette confiance que j’imagine nécessaire pour effectuer le pas suivant… Et bien sur , et évidemment, dans une sensation de confort ou de sécurité qui, sitôt qu’elle advient, me parait être une lâcheté de plus et que je m’emploie à détruire aussitôt.

Le recours à la dispersion c’est le champs de bataille sur lequel tous les possibles tombent les uns après les autres fauchés par ce combat entre confort et risque pour ne pas s’arrêter à la facilité tout en ne cessant pas de l’explorer.

Parce qu’il y a des choses qui semblent faciles et qui ne le sont pas du tout et qui rendent le difficile soudain plus supportable, car on le comprend comme refuge.

Au bout du compte les deux se rejoignent- facile et difficile-, vide et plein etc. Ils se rejoignent mais ne se confondent pas. Il y a un écart parfois tellement infime que l’on peut s’y tromper, se maudire, ou s’encenser bêtement.

Ceci expliquant cela entre les montées de confiance en soi intempestives et les dépressions qui ne tardent jamais à les suivre.

Evidemment pénétrer dans la vacuité, l’impermanence serait une sinécure. Pas de doute que la lévitation arriverait en bonus, cet upsell comme disent les vendeurs de soupe qui veulent bourrer le panier de la ménagère.

Là aussi il y aurait beaucoup à dire sur les besoins véritables et les désirs imaginaires. Surtout sur cette obsession de vouloir être autre par le fait non pas d’être mais d’avoir.

Un grand fil en travers du grand Canyon, des vents qui font rage, du ciel et des gouffres et je suis là en plein milieu prêt à chuter à tout instant sans même le recours d’un balancier. Je m’y suis engagé à bras nu, avec ma bite et mon couteau. C’est surement d’une ineptie totale et ça risque de bien mal finir si je me mets à y penser.

Il y a déjà eut tous ces jours à s’enfoncer dans le gras du quotidien à faire des jobs de merde, à vivre une vie de merde, et le mot merde me monte naturellement, tout ça juste parce que je ne me sentais pas d’accord, parce que je croyais que j’étais différent, et surement je pensais aussi que j’avais totalement raison envers vents et marées de m’accrocher à cette idée de m’exprimer.

L’envie d’être comme tout le monde me terrasse à chaque fois de la même façon.

L’envie d’être comme tout me monde arrive sur son char armée d’une lance et je suis à poil face à elle, cette salope , sur le champs de bataille.

Des milliers de fois je suis parvenu à m’écarter au bon moment lorsqu’elle me fonçait dessus. Une fois ou deux peut-être j’ai réussi à la déstabiliser mais pas vraiment à la vaincre une bonne fois pour toutes.

Pas faute d’avoir rêvé à ces nuées de corbeaux qui la becquèteraient par lambeaux.

Je ne suis pas Prométhée faut que je me rentre ça dans le crâne aucun vautour à l’horizon, Je ne le suis plus.

Dans mes pires moments, je ne suis plus qu’un sombre idiot, une sorte de débile mental ou un gamin qui ne parvient plus à se relever tant il a finit par s’infliger lui même des coups pour se sentir vivant dans le territoire des morts.

Je vais ranger ça dans récits de fiction. Ce genre de choses qui me traversent et par lesquelles je me laisse traverser sans trop broncher. Je n’ai absolument aucune idée sur la teneur de ce genre de propos. Est ce du lard ou du cochon ? Du vide ou du plein ? du vrai ou du faux ?

Je me contente juste de l’écrire tel que ça vient au cas où ça puisse servir un de ces quatre à moi ou à quiconque peu importe.

C’est un petit format comme ceux que je peins avec souvent beaucoup trop de choses. Mais dont l’agrandissement d’un fragment réservera peut-être une ou deux surprises voilà tout simplement ce que je me dis.

Et peut-être aussi que ça me permet d’avancer d’un pas de plus pour aujourd’hui sur ce putain de fil

on ne sait jamais.

6 réflexions sur “Le vide et le plein

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.