Cette idée

Cette idée de toi que j’ai gardée comme une braise

qui me brulait et me réchauffait pendant que je marchais

je ne sais plus ce que j’en ai fait

ce que je n’ai pas fait

Pour l’oublier profondément

si profondément qu’elle se transforme

en mon cœur et mon souffle

pour que je ne puisse plus dire elle m’appartient.

Elle est juste une idée

qui va son chemin parallèle au mien

Et que je crois rencontrer encore

parfois comme une inconnue séduisante.

au hasard de la rue.

Cette idée de toi je ne l’ai plus.

Je l’ai usée à force de m’en rappeler

je l’ai souillée et sublimée

Tant et tant qu’elle s’est dissoute dans le présent

et rend parfois ce présent amer ou sucré

comme ce café noir qui toujours m’accompagne

et ces cigarettes parfois insupportables.

Cette idée de toi ce n’est pas mon idée

ce n’est qu’une trace laissée par d’autres

et que j’ai relevée comme un chasseur

dont le but est de tuer

d’achever.

Ce chasseur n’a pour arme que l’inachevé

qui ne tire que des balles à blanc

parce que c’est trop dur de tuer

parce qu’on s’enfuit toujours dans la pensée

les émotions pour ne pas voir la réalité.

Cette idée est un meurtre prémédité

un contrat qu’à la naissance j’ai signé

avant même de savoir parler.

Cette idée j’ai beau tenter de m’en rappeler

je ne m’en rappelle plus

ce n’est pas ma mémoire

ce ne l’a jamais été

Elle vient du Nord

emprisonnée dans l’ambre

comme un être fossile

une patience qui vient de loin

du fond de la mer baltique.

Cette idée m’a un jour donné une dignité

puis me l’a ôtée.

Et je me suis retrouvé nu

abandonné comme un coquillage

déserté.

Cette idée c’est juste ce son

ce vent qui souffle

cette musique qui m’emporte tout entier vers toi.

Huile sur toile format 30×30 cm Patrick Blanchon 2021

Une réflexion sur “Cette idée

Les commentaires sont fermés.