Bâtir sur du sable 9

Le problème avec les adultes c’est qu’ils n’ont pas d’honneur. Alcofribas a pris son vélo et a roulé jusqu’à la carrière, c’est ici qu’à mains nues il creuse depuis des semaines un tunnel qui espère t’il lui permettra d’atteindre la Chine. Et en même temps qu’il brasse la terre chaude, il numérote tous ses griefs contre le monde.

Zorro voilà un type qui a de l’honneur, Thierry la Fronde, John Wayne… hélas ce sont des personnages de feuilleton, de cinéma, de pures fictions. Dans la vraie vie ce n’est pas cela. Les gens promettent pour se débarrasser de la gène d’avoir à dire non voilà en gros toute la lâcheté.

Alcofribas a bien progressé dans son tunnel, il a maintenant une belle profondeur, il faudra aller chercher du bois pour étayer un de ces jours se dit il. Mais pour l’instant c’est plus la rage qui l’aide à creuser, il constate qu’elle est une énergie inépuisable. Sitôt qu’il commence à réfléchir, à élaborer une stratégie pour la sécurité de son ouvrage, l’ennui lui tombe sur le paletot. Il n’y a aucun plaisir dans la prévision du risque, du pire. Autant rester au niveau de la rage.

De temps en temps il déblaie la terre pour faire propre. Il repense à ce film qu’il a vu. Un gamin sur un toit de Pékin qui regarde un cerf volant s’élever au dessus de la ville. Ce gamin là doit exister et il aimerait le rejoindre sans bien savoir pourquoi. C’est la seule image de la Chine qu’il a Alcofribas. Pour le reste il ne sait pas.

Il rentre à nouveau dans son tunnel et progresse lentement quand soudain un tout petit éboulis attire son attention. Et juste au moment où il se dit oh oh il faut que je ressorte patatras tout lui tombe dessus et le paralyse. On dirait que la colline toute entière s’est effondrée sur lui. Il panique quelques instants, se dit qu’il va mourir là c’est certain. Et une fois ce constat effectué la paix s’installe. Il ne bouge plus, il respire doucement, il observe comment la mort va s’emparer de lui. Il éprouve presque du plaisir finalement d’ être en contact avec la certitude qu’il va mourir. Rien ne lui a jamais paru aussi réel que ça de toute sa vie.

Peu à peu il s’engourdit, c’est peut-être la même chose que le sommeil se dit Alcofribas. On meurt comme on s’endort voilà tout.

C’est à ce moment là que son double surgit, le sale gamin qui n’en fait toujours qu’à sa tête. Le voleur le menteur, ce monstre qui lui fait peur mais vers lequel il est attiré car il sait que l’autre ne se fait pas d’illusion sur le chagrin, la tristesse le malheur. Celui là est bel et bien du même tabac que ses héros. Sauf qu’il n’a rien de solaire comme eux c’est même tout le contraire. Il vient du fond de la Terre, de la noirceur et de la pourriture qui se décompose.

Hey mec bouge toi tu es en train de crever au cas ou tu ne le saurais pas.

Alcofribas est à peine surpris d’entendre sa voix sarcastique. Il a envie de lui dire fiche moi la paix, laisse moi je n’ai pas la force.

Mais l’autre l’interrompt aussitôt

Taratata Dugenoux. bouge ton cul faut sortir de là, tortille toi, fais comme les taupes, marche arrière en avant toute nage dans la terre à l’envers.

Alcofribas s’exécute. C’est une sorte de reflexe qu’il a désormais sitôt qu’il rencontre une autorité quelle qu’elle soit. Son premier reflexe est toujours d’obéir, c’est ensuite que ça se gâte.

Allez zou tu y es presque encore un effort Dugenoux. Alcofribas a de la terre plein la bouche mais il continue à progresser à rebours. C’est comme dans ses rêves se dit il, il suffit de décider de se rendre d’un point à un autre de fermer les yeux à l’intérieur du rêve lui-même pour ça marche. En un clin d’oeil ainsi il pourrait atteindre Cassiopée, Aldébaran ou même ce foutu toit de Pékin il le sait. Mais il sait aussi qu’il n’est pas dans un rêve, qu’entre la prise de décision et l(atteinte de l’objectif un temps considérable peut s’étendre. Pourquoi y a t’il donc cette distance, tout ce temps à attendre, tous ces efforts à produire, pourquoi autant d’embuches au désir ?

Son cerveau est reparti en même temps que l’autre le tanne.

Plus vite gros lard tu traines là, si tu ne te dépêches pas c’est la colline entiere qui va t’avaler. Et le salaud rigole pour bien marquer son mépris envers Alcofribas.

Ce qui le met en rogne évidemment lui Alcofribas le doux, le gentil, il faut qu’il sorte de ce putain de tunnel pour l’agripper ce sale con et lui flanquer une raclée, désormais il l’a son objectif , et ça décuple sa rage et ça décuple son énergie, et ça décuple son envie de vivre d’un seul coup.

Enfin la chaleur du soleil sur ses mollets, encore un petit effort et il s’extirpera tout entier, ça y est il y est et au moment où il sort complètement du tunnel l’ouverture se rebouche presque aussitôt tout est désormais obstrué comme si rien de tout cela n’avait jamais existé.

Alcofribas se relève crache toute la terre qui l’empêche de gueuler, il va pour se retourner prêt à en découdre à se ruer sur l’autre. Mais à cet instant surprise il n’y a rien. La carrière ensoleillée, un léger frémissement de feuilles dans les arbres avoisinants, un oiseau qui s’envole dans le ciel bleu. L’autre a disparu soudainement.

Sors de ta cachette salaud gueule Alcofribas je vais te tuer !

Personne ne répond. Tout est calme et paisible indifférent à sa colère à sa rage à son chagrin d’être ce qu’il est et à son échec.

Il remonte sur son vélo et prend le chemin du retour.

Sa mère vient de saigner un lapin qui pend à une branche de pommier. Elle se retourne, son tablier est plein de sang et elle le voit ouvrir le portail.

Mais tu t’es vu ? Qu’est ce que tu as fichu durant tout ce temps ? Et tes vêtements !!! ? Mais qu’est ce qui m’a fichu un abruti pareil ? tu as vraiment le diable dans la peau. Attend un peu quand ton père va rentrer… elle a un petit moment d’hésitation, file te laver tout de suite on en reparlera sois certain.

Puis elle se retourne vers le lapin et lui coupe la tête d’un geste formidable, comme dans un film d’horreur, le sang jaillit partout, Alcofribas court et gravit l’escalier de ciment pour parvenir à l’entrée . Il se retourne une dernière fois sa mère est en bas et l’observe, elle a allumé une cigarette son visage est écarlate. Il pense que ça aurait été sans doute mieux de mourir ce jour là.

Cliché noir et blanc d’un détail Série Matière. Patrick Blanchon 2019

Une réflexion sur “Bâtir sur du sable 9

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.