La vieillesse est un avion de chasse

Bang encore un mur du son. Je ne les compte plus. Cela a commencé tout doucement au début je prenais de l’altitude et me disais laisse tomber le masque pas besoin d’oxygène. Même le casque rien à foutre. Les premiers jets m’ont aplati la tronche tellement que j’avais l’impression d’avoir des ailes à la place des joues. La vitesse m’a collé au siège, pouvais plus bouger ni parler.

Vers la cinquantaine probablement dans mon souvenir. Encore que ce soit assez vague. C’est justement la perte de mémoire des premières fois le symptôme. On ne peut plus classique.

On se pense s’imagine se vit jeune et tout d’un coup c’est comme dans Woody Woodpecker on court si vite que le sol nous manque et que l’on reste un petit moment suspendu en l’air avant d’entamer la chute une fois la falaise franchie.

Boum. Des Etoiles qui tournent et un sacré mal au cul.

Mais vivant suffisamment encore pour se demander où donc que ça a merdé ?

Le problème de l’accélération perpétuelle de tout c’est qu’on ne sait plus rien des limites.

A quel âge arrête t’on d’être jeune

A quel âge commence t’on à être vieux ?

Y a t’il une pendule logée dans la cellule qui sonne le glas ou l’heure de crouter

Sonne l’heure les jours s’en vont, rien pigé rien vu de tout ça.

Tout ce dont je me souviens c’est que d’un seul coup je me suis retrouvé à piloter un avion de chasse

la vieillesse est un avion de chasse

Faut pas déconner, et mettre le masque le casque sinon gare

Se garder de faire trop souvent du piqué sous peine de ne plus pouvoir remonter le manche.

Abandonner la distraction pour ne pas se retrouver avec de la viande hachée sur le cockpit, dans les turbines.

Ou alors tout le contraire. Finir en beauté multiplier les loopings pour encore une fois se prouver.

Se prouver s’éprouver

Mais à qui donc prouver au fait ?

En bas la piste d’atterrissage est déserte, personne n’attend personne.

Juste cette fille qui marche en regardant sa montre

qui me fait penser à Pavese

« La mort viendra et elle aura tes yeux »

Comment échapper encore à ça

appuyer sur la pédale de l’accélérateur

gueuler à pleins poumons

Et puis tousser évidement pauvre con

tousser.

bouton rouge, éjection

Le silence incroyable de la descente sans rien

tout à fait apaisant.

Dessin sur tablette Patrick Blanchon 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.