Exposition de peintures.

Deux de mes élèves ont décidé de se lancer. Elles veulent exposer leurs tableaux dans une chapelle tout près d’ici dont les lieux ont été aménagés pour recevoir des artistes. J’adore cette idée car elle procure une direction, un sens au travail réalisé et à venir. Mais une fois l’emballement, l’excitation passée il reste à mettre en œuvre un tel projet. J’ai envie ce matin de faire une sorte d’inventaire des ressources nécessaires pour les aider à mener leur projet à bien.

La préparation de l’exposition

La préparation est sans doute l’étape la plus importante du processus. vous verrez que si vous vous êtes préparés sérieusement tout sera nettement plus simple une fois le jour j.

Imaginez quelques instants dans quel état d’esprit vous allez vous trouver.

Au début c’est assez vague, on vous a dit oui, une date a été décidée en générale éloignée dans le temps. Cela ressemble à une sorte de rêve, c’est assez vague.

Je n’ose à peine vous parler de mes toutes premières expositions… Je n’étais pas encore classé dans la catégorie peintre professionnel à cette époque heureusement. Car lorsque j’y repense j’ai froid dans le dos. Etant un spécialiste de la procrastination en tous genres j’avais l’habitude de tout préparer à la hâte la veille des expos. Ce qui ensuite se soldait pas des difficultés innombrables évidemment, parmi lesquelles l’obligation de faire des aller retour pour aller chercher ce que j’avais pu oublier. Ou bien de me rendre dans des grandes surfaces de bricolage pour acheter de la ficelle, des agrafes et je ne sais quoi encore…

On apprend bien par ses échecs et par la fatigue surtout de les reproduire. Au bout d’un moment il m’est apparu évident que la préparation devait se faire le plus soigneusement possible. Et c’est aussi à partir de cette prise de conscience que ma carrière de peintre a décollé.

Prévoir n’est pas facile si vous n’avez jamais exposé, si vous n’avez pas d’expérience. On ne sait pas vraiment quel genre de difficulté pratique nous risquons de rencontrer. Prévoyez donc une mallette dans laquelle vous pourrez mettre une agrafeuse ( le mieux serait qu’elle soit électrique, mais ce n’est pas obligé) des agrafes ( attention, celles qui vont bien avec votre agrafeuse, dans la précipitation il m’est arrivé plusieurs fois de me tromper de type d’agrafes et d’être bien embêté au moment où il fallait recharger l’agrafeuse.) Un rouleau de scotche large et un fin, de la ficelle, des cartes de visite, des feutres de couleur, des pastilles de couleur, un couteau suisse ( important si vous oubliez le tire bouchon pour le vernissage ). Une pince coupante, un tournevis plat et cruciforme, (parfois il faut bricoler sur place une cimaise mal accrochée , ou encore dévisser un spot qui ne fonctionne pas.)

Titre de l’exposition et cohérence des œuvres exposées.

Beaucoup de lieux d’exposition demandent un titre, cela leur sert à l’insertion des informations dans un calendrier d’évènements par exemple, parfois aussi le titre est placé sur une affiche que les organisateurs fabriquent avec un de vos visuels. D’autres fois ils vous demanderont de fabriquer vous mêmes cette affiche.

En tous cas il est rare qu’on ne vous demande pas ce fameux titre que vous aller chercher un bon moment parfois en buvant force thé ou café, parfois en vous demandant ce que vous êtes allés faire dans cette galère.

C’est tout à fait normal dans le cadre des activités de loisir amateur dont fait partie la peinture. La plupart du temps une œuvre est un tableau, et vous n’avez peut-être pas l’habitude de travailler en série, de développer un thème.

Néanmoins de quoi parle t’on vraiment lorsqu’on évoque la nécessité d’un titre ?

De cohérence bien sur et c’est aussi là que les difficultés deviennent le plus aigues assez souvent.

Il y a plusieurs façon de faire apparaitre une cohérence dans votre travail. Et c’est aussi une source de découvertes insoupçonnées car généralement ce n’est pas une question que se posent les « amateurs ».

La cohérence par rapport à un thème.

Depuis que vous peignez vous avez peut-être réalisé de nombreux tableaux sur un thème, que ce soit le paysage, la ville, les personnages, des natures mortes etc. Il est assez simple alors de trouver un endroit où vous alignerez toutes ces œuvres sur un seul thème pour choisir vos meilleures pièces celles dont vous êtes le plus satisfaits.

Si vous participez à une exposition collective il ne s’agit pas de tout emporter, on ne vous permettra pas de tout accrocher et cela fera de la manutention pour rien.

Renseignez vous au préalable sur le nombre d’œuvres requis, sur les formats autorisés, ne venez pas par exemple avec des toiles de 1m sur 1.50m si vous n’avez qu’un mètre carré ou deux pour exposer.

Prévoyez toujours cependant une œuvre ou deux de plus que ce que l’on vous demandera. Il arrive aussi qu’une sélection s’effectue sur place et que certains tableaux se trouvent rejetés par les organisateurs.

Vous avez donc décidé d’un choix de tableaux 5 ou 6. Parfait ! Vous avez fait la plus grande part du boulot.

La cohérence par le format.

Un peu plus compliquée mais pas irréalisable. Admettons que vos gouts vous portent à l’éclectisme. Un jour un paysage un autre la nature morte, un autre encore un personnage… vous aurez du mal à trouver une cohérence par le sujet, le thème.

Mais si vous avez l’habitude de réaliser toujours le même type de format celui ci peut être une sorte de fil conducteur en dernier recours. Pensez y. Cela vous donnera peut-être aussi des pistes à l’avenir notamment sur cette notion de format.

La cohérence par la couleur.

Si vous pratiquez l’abstraction il peut être intéressant de classer votre sélection par couleur. Y a t’il dans votre choix plus de couleurs chaudes ? de froides ? Cela peut être une bonne piste aussi pour faire un choix ?

La cohérence par la technique.

Peut-être ne pratiquez vous qu’une seule technique, l’aquarelle par exemple, ou la peinture à l’huile, dans ce cas pas de soucis. Mais si vous naviguez d’une technique à l’autre cela peut être plus difficile de trouver une cohérence surtout si vous n’avez pas non plus trouvé de theme.

On voit souvent ce genre de difficulté chez les peintres amateurs qui pratiquent l’abstraction.

Dans ce cas choisissez des œuvres réalisées avec une seule technique et vous verrez que ça fonctionne bien le plus souvent.

On peut aussi mixer tous ces conseils et trouver ainsi sa propre manière de rendre les quelques œuvres que vous aller choisir cohérentes.

La sélection des œuvres

Pour choisir vos œuvres à exposer quels seront à votre avis les critères ?

Elles peuvent toutes être magnifiques individuellement et ne pas fonctionner ensemble. Ce n’est donc pas forcément la beauté, celle que d’ailleurs vous serez au début le ou la seule à leur attribuer qui fabriquera la fameuse harmonie, ou cohérence.

Ce qu’il faut penser c’est le dialogue des œuvres entre elles, comment parvenez vous à les faire communiquer ensemble afin qu’aucune ne prenne trop ou pas assez le pas sur les autres. Pour que le spectateur considère l’ensemble de vos œuvres accrochées que cette harmonie soit évidente et qu’elle le touche.

Souvent dans ce travail de sélection je me suis aperçu que certains tableaux dont je n’étais que moyennement satisfait se transformaient lorsqu’ils étaient associés à d’autres et même se démarquaient de l’idée première que je m’en était fait.

Comment marquer alors le plus de points ?

Comme j’en ai parlé dans le paragraphe précédent je dirais que c’est un mixte. Vous serez le premier étonné par votre sélection alors soyez attentif à ce qui vous traverse à ce moment là. Si vous êtes vraiment satisfait de votre choix vous aurez fait le boulot, vous n’aurez rien à vous reprocher. Le pire étant toujours ce doute en ce qui me concerne de n’avoir pas suffisamment pris de précautions au préalable, une fois que je suis certain de mes choix je ne crains plus grand chose y compris les critiques éventuelles.

A la limite cette sélection bien menée est déjà un succès que nous devriez savourer pleinement.

Le succès est d’ailleurs tellement aléatoire lorsqu’on présente son travail qu’il ne vaut mieux pas trop s’y attarder soit par l’excitation que cette pensée procure soit par la peur qu’elle ne soit qu’échec et déception.

Faites le job de votre mieux, soyez vraiment satisfait de vos choix et vous verrez que vous aborderez l’exposition bien plus tranquillement.

De plus tout ce que vous allez découvrir sur vous même en recherchant cette fameuse cohérence vous permettra de pouvoir mieux parler de vos peintures. Parce que vous vous serez questionnés vous serez prêts à mieux affronter les questions des visiteurs.

Les lieux.

Je ne connais pas les lieux personnellement mais je crois que c’est une bonne idée de visiter ceux-ci lorsqu’on désire exposer. Cela permet d’imaginer combien de tableaux pourront être accrochés. Apparemment il y a plusieurs salles il conviendrait aussi de trouver un chemin pour le visiteur qui l’emmène d’un point à l’autre de l’exposition. Cela signifie qu’il faut réfléchir à une organisation, une cohérence de l’ensemble.

Les systèmes d’accrochage

Quel est le type de système d’accrochage que les lieux proposent ? y a t’il des cimaises ? de l’éclairage en quantité suffisante ? Ce qui entrainera de bien penser aux systèmes d’accrochage des tableaux.

A bannir en général le clou ou la vis plantée dans le milieu d’une baguette de châssis, trop de difficultés ensuite pour placer les œuvres de niveau. Il suffit parfois d’un millimètre d’erreur pour qu’on ne puisse accrocher correctement et que l’on doive alors faire appel à des stratégies fumeuses de bricolo, Genre cette horrible pate jaune que l’on colle au dos du châssis et sur la surface de certains murs d’expo. Hors de question de s’habituer à ce genre de pratique sous peine de se faire houspiller par les propriétaires des lieux en question.

La bonne pratique d’accrochage

Le meilleur système consiste à placer une cordelette accrochée par deux points de fixations de chaque coté du châssis. Il sera bien plus facile ainsi de les accrocher correctement.

Même si on se place dans une catégorie de peintre amateur on se démarquera rapidement en pratiquant ainsi.

Pour plus d’informations sur les systèmes d’accrochage

Les documents à prévoir

Chaque œuvre doit être signée de façon visible par son auteur. On peut aussi inscrire quelques informations au dos de la toile comme le titre, l’année de réalisation et pourquoi pas la technique utilisée ( acrylique, huile, etc) Les professionnels ajoutent souvent un certificat d’authenticité réduit. Pour les amateurs ce n’est pas obligé bien sur mais imaginez que votre travail plaise et que vous fassiez des ventes ? Parfois tout commence comme ça, par une expo, on rencontre le succès et c’est une bonne idée de le prévoir. on pourrait même se demander si se lancer dans les bonnes pratiques ne le fait pas venir plus rapidement…

A coté de chaque tableau accroché on peut aussi prévoir une étiquette où seront inscrits le titre de l’œuvre, l’année de réalisation, la technique utilisée et les dimensions. Pour les prix on peut aussi les rajouter sur l’étiquette, les avis sont partagés sur cette pratique. Et certains lieux d’exposition ne l’autorisent pas.

Le mieux alors est de prévoir une liste numérotée où l’on retrouvera le nom du tableau, ses dimensions, la technique et le prix. Celle ci sera imprimée en plusieurs exemplaires, mieux : plastifiée de même que les étiquettes, et à disposition des visiteurs. L’avantage de la plastification des documents est un gain de temps précieux. Une fois votre exposition terminée vous rangez tout dans une pochette une boite prévue à cette effet et vous aurez moins de travail pour la fois suivante si vous devez déplacer la même expo.

Le vernissage.

ça y est tout est en place il ne reste plus qu’à recevoir les visiteurs pour la première fois. C’est une sensation étrange dans laquelle se mélangent la peur et l’excitation. On se sent en vie c’est génial !

Pour recevoir correctement vos premiers visiteurs vous avez la possibilité de leur donner une date de vernissage… celle ci figurera dans tous les documents qui seront utilisés comme support de communication.

Je ne vais pas vous faire le liste de ce que vous devez acheter comme boissons chips ou cacahuètes.

Par contre je vais vous parler de l’état d’esprit qui fonctionne le mieux lorsque vous y serez.

Ne restez pas en retrait, allez vers les gens et recevez les comme si vous étiez le propriétaire des lieux et eux vos invités. Accordez leur de l’attention, comment ont ils prit connaissance de l’expo ? D’où viennent t’ils ? Si ce sont des gens qui viennent de loin posez leur des questions sur les raisons de leur visite, sont ils venus spécialement pour l’expo ou bien est ce par hasard qu’ils ont découvert celle ci ?

Vous ne pouvez pas savoir les bénéfices immenses que l’on peut tirer de ces quelques préambules qui ne consistent au final qu’à s’intéresser à l’autre avant même de commencer à parler de vos tableaux.

Cela s’appelle l’empathie et c’est aussi un outil que vous devriez emporter dans votre mallette.

Le fait de rencontrer des personnes qui vous parleront de ce qu’elles éprouvent à la vue de votre peinture c’est cela le principal. Ne pensez pas aux ventes, n’allez surtout pas vers les autres avec cette optique. Soyez débarrassés de cela, ça vous rendra bien plus détendu, ouvert et vous verrez que vous passerez un moment agréable.

Cependant ayez un petit carnet ou prévoyez un livre d’or afin de demander aux visiteurs leurs adresses email, c’est un excellent réflexe à mettre en place même en temps qu’amateur.

Imaginez que vous fassiez une nouvelle expo quelques mois plus tard, qu’est ce qui peut vous empêcher d’inviter à nouveaux ces personnes pour les convier à voir l’évolution de votre travail ? Rien bien sur à part le fait de n’avoir pas leurs coordonnées pour le faire.

Voilà je ne pense pas avoir oublié beaucoup de choses quant à la préparation de cette exposition que mes deux élèves vont réaliser. Il n’y a plus qu’à comme on dit.

Si vous aussi être amateur et que vous désirez exposer vos œuvres j’espère que ce petit article vous aidera. N’hésitez pas à commenter et à rajouter au besoin des questions je me ferai un plaisir d’essayer d’y répondre.

Exposition Prieuré de Salaise sur Sanne 2019 Patrick Blanchon

6 réflexions sur “Exposition de peintures.

  1. Voila un bon moyen d’économiser un maximum de temps et de STRESS !! Merci Patrick d’avoir donner de ton temps pour nous en faire économiser. J’aime ce « petit guide pour expos ». Et voila un conseil en OR ;

     » Vous ne pouvez pas savoir les bénéfices immenses que l’on peut tirer de ces quelques préambules qui ne consistent au final qu’à s’intéresser à l’autre avant même de commencer à parler de vos tableaux.
    Cela s’appelle l’empathie et c’est aussi un outil que vous devriez emporter dans votre mallette. »

    Merci Patrick.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.