Entre deux

Entre deux recommencements la lessive des mots le rinçage du silence.

Un moment, un écho se répercute du noir au blanc.

Le désir, une force cinétique, une course vers l’inertie.

Effleurer le rien de proche en proche.

Inépuisable rien.

Respirer le vide de la page de la toile blanche

jusqu’à ce tout rêvé siphonné.

L’œil du cyclone entre deux coups de tonnerre

se ferme s’entrouvre.

Ombres et lumières, l’ennui de toute intensité.

Puis ce Glissement vers le gris

comme sur un tobogan,

même ivresse avant d’atterrir encore

les pieds dans le sable.

Se redresser sans réfléchir, courir vers l’échelle encore et encore

Recommencer.

Entre deux recommencements qu’est t’on ?

Un peu plus tard se promener sur le chemin

rencontre du caillou

le prendre sans y penser dans une main

le réchauffer au besoin

le lancer très loin vers le milieu du fleuve.

Ce petit ploc ce petit plouf

amorti par la lumière ambiante

caillou d’avant caillou de maintenant

un entre deux

ricochet dans l’espace à la surface du temps.

aurais je une médaille ?

une punition ?

Juste de l’oubli.

qui s’accumule.

Et les matins pour se souvenir

de ces montagnes de ces gouffres.

Entre deux la page blanche

un papier tue mouche

de petits mots qui tourbillonnent

venant d’on ne sait où.

qui s’épousent se repoussent

Au fond du fond de tous les fonds

un feu qu’on n’imagine pas

toujours à l’œuvre

qu’on ne voit pas.

Des métamorphoses des transmutations à l’infini

des duretés rares de diamant

à la surface des boues.

tout est ok l’envie et de le dégout.

Tout va ainsi bien aligné deux par deux

une fois qu’on sait

que le seul lieu est l’entre deux.

Tiède le café beurk sorti du micro ondes.

Tiède cette vie beurk

au milieu de nulle part.

S’asseoir et se taire

le cul callé sur la paille d’une chaise.

Avant, après et ce gout amer au beau milieu.

il faut s’y faire

se taire

Patientez a dit mossieur l’agent

mossieur Loyal

Prenez votre mal en patience

si vous ne pouvez plus rien voir en peinture.

Respirez juste ça

Respirez

et voyez

ça se calme

c’est encore un fichu entre deux.

huile sur toile 40×50 cm Dans l’entre deux je tente la géométrie mais rien n’y fait. Patrick Blanchon 2019