l’ogresse a de belles dents

Le beau marquis de Truedeball naviguait par monts et par vaux

à la recherche de l’amour.

Juché sur son cheval blanc,

panache au vent

il farfouillait par ci par là dans les buissons, les forets, les vals et les mares les océans

armé de sa petite lorgnette

pointant ceci pointant cela.

Est ce que c’est t’y du lard ou du cochon ?

Est ce de l’amour ?

De la gnognotte du toc ou du verre blanc ?

Surgit soudain l’ogresse d’un trou ici séant

une ogresse a fort belles dents

qui scintillaient comme du diamant.

Et polie avec ça

Et bien peignée

ce qui ne gâte rien.

Que viens tu faire là jeune demoiseau troublant

minauda t’elle en souriant

Je cherche l’amour l’avez vous vu ?

Frétilla le vaillant Truedeball

Oh mais oui celui là je le connais

comme ma poche

comme le fond

de ma petite culotte

regardez donc profondément dans ma profonde gorge

mettez y le chef et penchez vous franchement

ce que le jeune puceau fit ô l’inconscient !

et elle lui coupa le cou d’un seul coup

de dent

En avalant son beau minois avec délectation.

Celui là alors quel cornichon !

Depuis Truedeball erre sans tête sur son vieux cheval blanc

Il ne cherche plus rien

d’autre que le bord du monde

pour finir sa course d’écervelée.

Auriez vous vu le bord du monde ?

c’est son nombril qui parle

étant donnée la circonstance

Evidemment il y a toujours une ogresse

qui sort d’un trou ici ou là séant

et qui dit oui mais comment donc

mais bien sur je vais vous dire tout ça fissa

et elle ouvre sa grande bouche

montre un beau sourire

penchez vous donc au dessus du puits

et vous verrez enfin le bord du monde

sacré Truedeball impénitent

ou bête comme ses pieds.

Quoiqu’il faut se méfier les pieds ne sont pas si bêtes

d’ailleurs il n’est plus réduit qu’à ça notre cher marquis

il n’est plus qu’un pied qui vole dans l’azur bleu

ou dessus d’un drôle de nuage blanc

qui ne demande plus rien

sauf d’être un honnête pied

j’allais dire un bon pied mais ouvrons l’œil

méfiance dans les qualificatifs

ce sont des friandises des amuse gueules

qui attire les grandes gueules

et le dit on aussi

les ogresses charmeuses ou charmantes.

Est ce qu’on a déjà vu un pied

discuter avec une ogresse qui a de belles dents ?

Non monsieur Non madame

Un pied reste un pied

et même si le pied n’est pas un mètre

il sait se contenter de ce qu’il est

n’est il pas enfin temps?

Art digital Patrick Blanchon 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.