La représentation.

Voir, entendre, gouter, toucher, renifler une fois.

Puis recommencer durant tant de minutes d’heures d’années

S’y habituer.

c’est dans ce genre de cellule que l’on se retrouve coincé.

Que l’on vit comme un somnambule.

Pour s’extraire de la gangue que faut-il ?

Un choc ? un coup de foudre ? une maladie ?

Passer de la représentation permanente du même

à la présentation, à l’autre

c’est un attentat dans lequel on pénètre presque toujours comme victime

Et si jamais on s’en tire

si on trouve la sortie

Avant la fin de la représentation

les applaudissement, les hourras

alors tant mieux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.