Le lilas

Il y avait un bouquet de lilas dont les tiges s’enfonçaient joliment dans un vase. Le tour posé sur un guéridon près de la fenêtre. Nous nous assîmes lorsque l’horloge sonna la demie. Cette ponctualité était tout à fait rassurante à cette époque car j’avais perdu une bonne partie de la notion de temps. Je fermais les yeux un instant pour savourer ce moment en cherchant vaguement ce que j’allais pouvoir dire. Car évidemment il fallait que je dise quelque chose. Nous étions là pour cela. Du moins c’est ce que je pensais. Au fond de ma poche les billets pliés me le rappelaient aussi surement qu’un nœud fait à un mouchoir.

Au moment où elle croisa les jambes je perdis la tête. J’eus cette image fantasque d’un chêne perdant ses glands au beau milieu de la forêt. Puis de Varenne, de l’échafaud et d’un panier sanglant.

ça sent bon le lilas chez vous je dis.

Je n’avais rien d’autre à dire dans cet instant.

Et je me revis monter les rues depuis la gare de Boissy Saint Leger vers la maison de mes parents.

C’était au printemps et il y avait beaucoup de lilas dans les jardins des pavillons de cette banlieue. L’odeur embaumait et chassait mes angoisses. Plus de 10 ans sans nouvelles et j’allais me pointer comme une fleur.

Elle ne répondit pas. Le silence s’associa à l’image d’un reposoir. Quelque chose commença à osciller de plus en plus rapidement entre la confession et la rédemption. J’eus des images d’hosties… comme des confettis qui envahirent la pièce.

Quand j’allais au catéchisme en cachette de mon père ça sentait bon le lilas sur la route. Je m’aperçus que je ne pensais plus qu’au printemps.

Ce qui est étrange ne trouvez vous pas car nous allons sur novembre.

Elle resta silencieuse.

Je regardais ses jambes. C’était un défi. Ne plus les lâcher du regard presque à l’insinuer sous sa jupe.

Alors elle décroisa les jambes tout doucement

et tout de suite après les croisa dans l’autre sens.

Je me suis demandé soudain ce que je fichais là. Comme si la colère allait me permettre de ne pas fondre tout entier dans le fauteuil.

Vous ne dites rien c’est décourageant ai je réussi à émettre péniblement.

C’est votre temps de parole elle a dit, ou un truc du genre.

Mon temps de parole bordel de merde et je ne peux pas me sortir du lilas et de ses jambes j’ai pensé.

Et puis peu à peu quelque chose de subtil s’est mis en place tout doucement pour balayer toute cette colère toute cette rancune contre moi-même.

J’ai un soucis avec l’idée de la première fois j’ai dit.

Elle a relevé la tête tout à coup en me fixant et elle a murmuré oui

Je me suis accroché à ce oui de toutes mes forces. C’était comme un cheval qui galopait dans la nuit bleue.

Des flashs en pagaille où je pouvais énumérer toutes les fois où je me disais ça me fait penser à la première fois

Et puis je revins dans le bureau un peu comme un avion qui tourne en rond avant d’atterrir.

Il y avait de nouveau cette odeur de lilas elle était à la fois familière et différente toutefois.

Il est l’heure on va s’arrêter pour aujourd’hui elle a dit.

J’ai sorti mes billets pour les déplier devant elle et les poser sur le bureau.

Elle a sourit comme une maitresse d’école à qui on donne un joli dessin.

Et puis voilà il faudra revenir la semaine prochaine.

Au revoir madame

Au revoir monsieur.

Les lilas Van Gogh Ermitage Saint Petersbourg.

2 réflexions sur “Le lilas

  1. Bon jour Patrick,
    Au début de la lecture, j’ai pensé péripatéticienne … et puis à la fin, je me suis dit, tient une psychanalyste … et puis est-ce important ? Le lilas est assez fabuleux, il suffit de le cueillir et de le laisser dans un petit endroit, il sèche très peu et garde son odeur très longtemps …
    Bonne journée 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.