Vaincre la timidité.

C’est par email que ça arrive désormais. Jadis c’était dans les encarts publicitaires de Rustica ou du Chasseur Français. Peut-être aussi dans Nous deux et dans les pages de Pif gadget, mais je ne me souviens plus très bien. Comment vaincre la timidité. Il y avait aussi ces réclames pour prendre du muscle avec une photographie « avant » « après ». Et puis le mot freluquet. Un mot qui a totalement disparu en moins de 60 ans. Mais globalement si on regarde bien le fond n’a pas vraiment changé. Je veux parler des arguments de vente.

Cette timidité était bien plus paralysante que quoique ce soit d’autre je m’en souviens. Lever le doigt, ouvrir la bouche, aller vers les autres n’était qu’une somme d’empêchements qui me pétrifiait. Je m’étais fabriqué à la fois un silence et une invisibilité constitué de bric et de broc comme un nid d’hirondelle.

Je ne me souviens plus vraiment comment j’ai eu soudain ce désir- en était ce d’ailleurs un ? de sortir enfin de cette timidité.

Je me souviens que la glace de la salle de bain m’a énormément aidé. Le petit miroir de la chambre aussi devant lequel j’apprenais mes poésies en m’essayant à trouver le ton.

Des milliers d’heures de répétition pour trouver la justesse du ton. Ce que j’imaginais moi petit bonhomme être « juste ».

Il fallait le plus souvent que les larmes me montent au yeux et commencent à rouler sur mes joues pour que je me dise : j’y suis.

C’était toujours la tristesse le plus juste jamais vraiment la joie. La joie me donnait du fil à retordre. Des grimaces à n’en plus finir en me tortillant comme un vers de terre. ça sonnait tellement faux que le rouge me montait au front. Il fallait vraiment que j’observe l’autre, que je le recopie à la perfection en usant de toutes mes capacités de mimétisme.

Et encore si j’arrivais à donner le change lorsque je me levais pour réciter du Prévert je savais bien au fond de moi que tout ça était artificiel. Derrière l’apparente gaité des poésies je ne cessais de déceler le drame, la tragédie, l’effroi.

Peut-être que si j’avais été stoppé à temps ma vie n’aurait pas été aussi difficile.

Peut-être que si Madame Blaisot-cette femme admirable en tous points pas seulement plastiquement- m’avait juste mis un mauvais point pour faux et usage de faux, je serais alors parvenu à rentrer dans le rang plus ou moins inconsciemment comme tout à chacun de mes camarades.

Mais le fait est que la supercherie dont j’étais le triste auteur, mimer les émotions humaines ainsi-dans le cadre scolaire si cette tricherie m’avait permis de dépasser ma timidité, cette dernière n’avait abouti au final qu’à son revers : la vanité et l’orgueil.

c’est bien plus tard que j’ai compris ce qu’était cette timidité mais il était déjà trop tard, le mal était fait et bien fait. Il m’aura fallu détruire et recréer tellement fois de ma vie en raison à la fois de ma timidité et de mon orgueil qu’à tenter de les compter ça me flanque illico le tournis.

Je ne m’accable pas plus que ça cependant. A toute chose malheur est bon n’ont jamais cessé de rabâcher les paysans de mon enfance.

Peut-être que je n’aurais pas fait le dixième de tout ce que j’ai fait en cette vie, peut-être n’aurais je jamais peint ou écrit. je ne sais pas si on peut considérer ça comme un gain, une victoire d’ailleurs ce serait encore faire preuve d’un excès de vanité, ou bien tenter de m’excuser comme d’habitude d’exister.

La jeunesse d’Hercule 2020 Patrick Blanchon Huile sur toile.

3 réflexions sur “Vaincre la timidité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.