Devenir fluide.

Dans cette fluidité le genre s’évanouit soudain. Non pas qu’il disparaisse pour autant mais il n’impose plus le carcan d’importance dans lequel l’être s’efforce de se contenir. Etre fluide ce n’est donc pas tant résister à l’étiquette que d’être parvenu à une indifférence envers celle-ci.

Il y a un tout composé de mille choses parmi lesquelles le genre. Peu importe tout cela quelque chose s’est brisé en raison de je ne sais quelle lassitude. Comme un ressort fatigué à l’intérieur d’ un vieux canapé qui n’amortit plus vraiment les postérieurs, pas plus qu’une postérité.

Si un genre était nécessaire pour vivre il ne l’est plus autant désormais, ce qui laisse la place à d’autres priorités. Ce qui laisse la place aussi à un sacré vide tout à coup que les générations futures s’efforceront de combler adroitement ou pas, enfin ils feront comme on a toujours fait c’est à dire bien plus comme on peut qu’on le veut.

Huile sur toile format 100×80 cm collection privée Patrick Blanchon 2020

4 réflexions sur “Devenir fluide.

Répondre à Patrick Blanchon Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.