Les contes de fées.

Parfois il m’arrive de regretter cette perméabilité à la magie dont nous bénéficions tous à la naissance. A ces moments là je me secoue dans tous les sens, pratiquant une danse de saint Guy à ma sauce. Par ce truchement assez médiocre il faut bien l’avouer je tente ainsi de rejeter au loin ce regret là en particulier. Plus deux trois choses du même acabit, appelons cela des espérances déçues, comme les histoires d’amour à l’eau de rose, l’idée de devenir un jour un peintre célèbre, et également l’amnistie générale levant d’un coup ma collection de pévés accumulée depuis des années.

Mais c’est en vain. Systématiquement non pas que je boive comme dans la chanson « j’suis snob », mais je m’obstine à rester sur une fréquence mentale assez saugrenue d’éveil que j’appelle « lucidité ». Cette soi disant lucidité ne m’offre à proprement parler aucun avantage à bien y réfléchir. Tout au contraire elle m’handicape copieusement, m’entrave sans relâche.

Je ne peux pas croiser un seul de mes contemporains sans presque aussitôt flairer l’hypothétique vacherie qu’il se prépare à commettre. Mais ce n’est pas tout. Parfois j’arrive à lire en lui avec une telle acuité que je pourrais tout à fait m’équiper d’un gourbi genre caravane et m’installer comme voyante, ou diseuse de bonne aventure.

Car la plus belle faiblesse je la connais. C’est de se croire particulier. Le tout étant ensuite de toucher ceci en chacun sans se fatiguer avec quelques ingrédients de base.

Une boule de cristal et un jeu de tarot sont le minimum syndical. Mais si en prime vous savez racontez des histoires, particulièrement des contes de fées, jamais plus de votre vie durant vous n’aurez faim.

Car dans les contes le fait est que pour chaque problème il existe une solution. Et s’il n’y en a pas de rationnelle, aussi sec une magique arrive à la rescousse !

Prenons le problème numéro 1 en tête de gondole : la pauvreté, forçons même un peu plus le trait en évoquant la misère.

Il était une fois un homme très pauvre qui avait quatre fils affamés et qu’il ne pouvait nourrir qu’en récoltant de vieilles godasses de porte en porte.

Partir de l’invraisemblable et donner quelques détails réalistes. Ici la description de la vieille godasse qui baille lamentablement, le sourire de la brave dame qui pense faire une bonne action en cédant la paire au brave homme, Puis la porte se referme, une porte en pvc blanc fraichement posée, le silicone du joint du seuil est encore presque propre.

Mais pas trop de détails réalistes non plus. C’est tout l’art des sauces que de savoir doser les épices et les condiments.

La concentration du lecteur n’étant pas pas infinie, il est bon aussi de lui faire visiter des paysages variés. Après cet exploit d’avoir récupéré une paire de pompes magiques, notre brave homme sort de la ville pour se retrouver face à une plaine qu’il devra traverser pour arriver à une montagne qu’il devra traverser encore afin de rentrer chez lui.

Durant la platitude du relief faire gaffe surtout que ce ne soit celle du récit, et donc en profiter pour faire voler un ou deux oiseaux de mauvaise augure. Installer une sorte de menace qui plane tiendra le lecteur en haleine quelques minutes de plus.

Et là paf! intervention magique. Un des oiseaux se pose devant le misérable et dit :

« C’est une attaque de diligence sans diligence. Refile le magot ! »

Mais bon sang de bonsoir dit le loquedu pour un voleur t’es un brin couillon j’ai qu’une paire de godillots usagés.

L’oiseau noir, est ce une pie, un corbeau, ou une corneille ? l’histoire ne le dit pas, penche la tête de coté pour voir si le gars blague ou est sérieux.

Comment ? Mais tu ne le sais même pas ? Tu viens de récupérer la paire de godillots du mage Elihasard qui ont le fabuleux pouvoir d’aider celui qui les chausse à atteindre la lune, puis les planètes, et encore à sauter par dessus le soleil et même avec un petit entrainement à parvenir jusqu’à la Grande Ourse !

Oh ben zut non je savais pas dit le bougre en souriant sous cape. Car l’information que lui donne le piaf est capitale et change totalement la donne.

Et donc tu veux récupérer mes godillots magiques c’est ça ? s’enquit t’il pour se laisser un temps de réflexion.

Bouilli ou à la broche amstragram pic et pic et colégram songe t’il en aparté.

C’est vrai que c’est agaçant un oiseau qui pérore non ?

Et se remplir la panse ne serait pas de trop après toutes ces journées de diète.

Et là vlan d’un coup la paire de godasses s’abat sur le crâne du malfaiteur ailé trop bavard.

Le quasi rachitique le flanque dans son cabas et continue son chemin.

Comme quoi on peut traverser quelque chose d’ennuyeux à priori comme une morne plaine et trouver quelques occupations pour passer le temps.

Et si j’essayais cette paire de grolles se dit le brave homme, je pourrais peut-être sauter haut pour cueillir quelques fruits sur un arbre magique d’une planète lointaine, devenir riche, me rendre au supermarché en enfin vite arriver chez moi, et me remplir enfin la panse comme celles de mes marmots ?

Il ôte ses sabots aussi rapidement qu’un mécanicien change de pneu sur un prototype rutilant qui redémarre en trombe, et le voilà chaussé des écrase merde dont le bout baille.

Tentons un petit saut pour voir se dit il.

Rien ne se passe, la pesanteur n’est toujours pas vaincue.

Autre essai, même constat…

Tout ça ne sont que des conneries se dit l’anéanti. Et il reprend sa route avec son sac sur le dos.

au moins un bon tiens valant mieux que deux tu l’auras il n’y aura qu’à mettre à bouillir les semelles pour les attendrir un peu.

J’aurais encore fait pour ce jour mon travail de père, pas plus pas moins.

Et le brave homme de reprendre son chemin en sifflotant pour alléger sa peine et se donner du cœur au ventre.

Oui des fois je regrette vraiment cette perméabilité à la magie dont nous bénéficions tous à la naissance. Et puis ensuite je passe à autre chose évidemment parce que les poulets ne tombent pas rôtis du ciel, ça se saurait.

Saltimbanques ( détails ) Collection privée. Patrick Blanchon 2004

Une réflexion sur “Les contes de fées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.