Le papillon de nuit

L’hiver dernier nous avons eu froid et pour apporter un peu de chaleur dans l’atelier et en même temps atténuer l’odeur de tabac qui souvent y règne , j’ai allumé une bougie parfumée.

J’étais en train de relire des notes quand mon regard a été attiré par une ombre se déplaçant vivement sur le grand mur du fond. En remontant à la source j’ai vu un tout petit papillon de nuit qui voltigeait autour de la flamme de la bougie. Puis soudain il s’est embrasé et est tombé consumé sur l’étagère puis sur le sol.

Quelques instants j’ai éprouvé une sensation de tristesse en me disant mais quelle andouille ce papillon. Un papillon ça ne vit pas très longtemps en général alors si en plus il se mettent à jouer les kamikazes ça n’augure rien de bon concernant les temps actuels.

J’ai attrapé la pelle et le balai et je lui ai fait un petit enterrement vite fait bien fait direction la poubelle.

Puis j’ai essayé de reprendre le cours de ma lecture. En vain. Quelque chose m’en empêchait.

Depuis toujours je crois que j’ai cette tendance à m’appuyer sur un détail, un micro événement dont la plupart des personnes que je connais se désintéresseraient, pour lui trouver un sens.

En fait si je ne fermais pas les écoutilles de temps en temps je pourrais dire que tout me parle.

A cet instant je n’avais sans doute pas eu le reflexe de fermer les écoutilles à temps.

Qu’un papillon soit tellement attiré par une flamme qu’il s’y brule et meurt, il y avait là matière à réflexion, et cette réflexion en bon égocentrique que je suis ne pouvait me renvoyer qu’à moi-même en premier lieu.

Quelque part j’éprouvais une sorte de colère et en même temps de l’admiration pour ce que cette bestiole avait osé faire.

Etre tellement attiré par la lumière qu’elle se confonde et s’oublie totalement en elle jusqu’à disparaitre totalement.

N’était ce pas incroyable ?

Du coup je me suis mis à penser à ce que pouvait représenter cette lumière dans une tète de papillon, sans doute était ce à peu de chose près la même chose que la peinture pour un peintre ou l’écriture pour un écrivain. Une sorte de passion effrénée qui peut mener à les consumer entièrement.

La première idée qui s’en suivit est que la passion est suspecte, qu’il ne faut pas se jeter à corps perdu en elle comme le soulignent les philosophes depuis la nuit des temps. Genre le mot d’ordre qui remonte à la surface.

La seconde idée qui me vint contredisait totalement la première. Et je me disais qu’il doit être bon finalement de se jeter à corps perdu dans ce que l’on désire plus que tout, quitte à en crever.

Puis m’est revenu une vieille question que je pose à toutes les personnes que j’aperçois avec un mille-feuilles à la main.

Par quoi vas tu commencer ? par le glaçage, ou bien le gardes tu pour la fin ? En général personne ne répond la bouche pleine. Et en plus très peu se posent ce genre de problème dans la vie.

Une fois une fille pourtant m’a répondu : je commence directement par le glaçage parce qu’on ne sait jamais, je peux me faire renverser par une voiture d’un coup, ou mourir subitement d’un AVC.

Nous avons vécu une passion effrénée durant quelques semaines et puis au bout du compte nous nous sommes quittés. En fait c’est moi qui l’ai quittée parce que je trouvais la passion plutôt fatigante et aussi j’imaginais que j’avais tout un tas d’autres choses à faire.

Huile sur toile Patrick Blanchon 2020

8 réflexions sur “Le papillon de nuit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.