La joie ou la sérénité ?

C’est un peu comme cette histoire de lampe magique. On buterait dessus par inadvertance, on ramasserait l’objet en le frottant pour le nettoyer et paf ! un génie s’étirerait soudain au dessus de notre tête et il soupirerait en lâchant la formule: tu as le droit à deux vœux seulement cette fois ci parce que je suis fatigué d’être un génie, mieux encore, je te demande de choisir entre la joie ou la sérénité ! entre ces deux choses seulement, à toi de jouer et s’il te plait dépêche toi !

Evidemment vu sous cet angle de l’urgence on se demanderait, on tenterait de peser le pour et le contre, on ne sait guère faire autre chose que ça.

J’imagine une vie joyeuse, c’est à dire une vie où n’importe quoi pourrait arriver sans entamer le moins du monde la joie. Immédiatement j’ai une image de roue qui tourne à vide, pour rien, quelque chose de foncièrement autonome, indépendant de tout, sans aucune intersection avec quoique ce soit d’autre que la joie. Ramenant tout à la joie. De prime abord cela pourrait paraitre séduisant tant qu’on n’aperçoit pas l’entonnoir posé sur sa propre tête.

Puis j’imagine une vie de sérénité totale. Quoiqu’il puisse advenir de bon ou de mauvais je reste zen en parfaite équanimité de sentiment, de sensation, observant seulement tout cela passer comme des nuages dans le ciel. Quel ennui !

Je dis quel ennui parce que dans le fond je ne comprends rien ni à la joie ni à la sérénité je crois.

Ce sont des mots, des concepts qui viennent de l’extérieur.

Il se peut qu’à certain moment de ma vie j’ai éprouvé un sentiment proche de ce que l’on appelle la joie ou la sérénité. Ils ne durent jamais très longtemps et je crois que cette brièveté en fait pour moi toute leur importance, toute leur valeur. Ne vivre que dans la joie ou la sérénité, et même dans les deux mêlés toute la sainte journée me flanquerait le bourdon. J’aurais l’impression d’une solitude encore bien plus épaisse que toutes celles que je n’ai jamais rencontrées.

Je me demande aussi pourquoi tant de personnes considèrent la joie et la sérénité comme des buts à atteindre puisque qu’ils se caractérisent surtout par leur fugacité.

Ce qui est utile c’est d’accepter la diversité, le chatoiement de toutes ces émotions quelles qu’elles soient. Les accepter comme elles viennent sans s’y accrocher de trop. Les émotions, les sentiments, sont comme les pensées finalement, ce ne sont que des émanations d’un vide que l’on ne comprend pas, auquel la plupart du temps on ne s’intéresse pas parce qu’on l’ignore.

Les rares fois où on le ressent ce vide c’est souvent lors d’un coup dur, l’annonce d’une maladie incurable, la mort d’un proche, on s’en trouve chamboulé, ébranlé et à ces moments là aucune pensée, aucune émotion, aucun sentiment ne sont assez forts pour combler ce vide. On reste bras ballants et bouche bée.

Sonné totalement.

Puis la vie reprends son cours, et on se remet à rire, à pleurer, à fumer, à boire, avec de temps à autre un petit moment de joie que l’on peut savourer ou un moment de paix pour se reposer et c’est à peu près tout de ce qu’il faut retenir de tout cela.

La vie reprend toujours son cours, et on ne sait pas qui elle est, d’où elle vient et où elle va. Elle est comme un fleuve qui jamais ne se tarit et qui charrie en même temps les beaux poissons d’argent et les déchets des abattoirs. On peut avoir un avis sur la vie, ça ne veut pas dire pour autant que cet avis est juste ou faux, c’est un avis pour en dire quelque chose rien de plus.

Sinine riik/ le pays bleu Huile sur toile format 40×40 cm Patrick Blanchon 2021

4 réflexions sur “La joie ou la sérénité ?

  1. Ta toile est superbe. Et ta réflexion très juste. Elle s’applique particulièrement à l’artiste, qui peint dans des moments de joie, ou des moments de sérénité, ou des moments d’entre deux hélas les plus nombreux. Ce qui crée ainsi une oeuvre de grande variété.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Christine pour ce commentaire et appréciation ! je n’ai pas pensé à la peinture en écrivant ce texte c’était plus en réaction à la mode actuelle de rechercher la joie dans tout … mais maintenant que tu mets le doigt dessus effectivement on ne peut pas s’arrêter aux sentiments ni aux sensations en peinture non plus, c’est un tout ! Belle journée Christine !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.