Au supermarché

Cette femme hystérique plantée devant les caisses. Des hurlements, des cris, des sanglots, panique totale. La caissière qui reprend sa respiration pour tapoter le micro et d’une voix qu’elle veux assurée : On demande le petit Kevin à l’accueil.

Tout le monde piétine en râlant. Certains en profitent pour déballer leurs paniers, leurs caddies en poussant légèrement les marchandises en amont l’air de rien, avoir un tout petit peu plus de place pour s’étaler comme but.

Elle devrait se rouler par terre dit la vieille devant moi en clignant d’un œil. Je ne peux retenir un fou rire.

ça fait du bien de rire n’est ce pas quand on voit tout ce cirque elle ajoute en extirpant un saucisson à cuir de son panier.

Je hoche la tête sans rien dire en attrapant le panneau séparateur pour marquer mon territoire de chaland sur le tapis roulant.

Des chips, du chorizo et un paquet de croquettes pour la chatte, le strict nécessaire pour la journée, remplir des caddies me dégoute en ce moment.

Kevin mon chéri crie la femme.

Le vigile s’approche d’elle et tente de l’apaiser. Un noir immense et je la vois se recroqueviller. Puis elle se reprend tout de suite et s’adresse à la caissière, vous pouvez refaire l’annonce encore s’il vous plait.

La caissière lève la main sans la regarder pour lui dire d’attendre qu’elle termine avec la vieille dame devant moi.

C’est enfin mon tour, je me fends d’un petit signe de main à la dame au saucisson à cuir qui semble tout à fait enchantée de sa visite au supermarché et qui se hâte de franchir les portes coulissantes. Une vélocité soudaine que je n’aurais pu soupçonner.

10, 50 vous avez la carte de fidélité enchaine la caissière en reposant le micro.

Non pas de carte de fidélité et ça sera par carte j’ajoute, sans fil.

Petit bip et re petit bip retirez votre carte.

Avant de franchir les portes je me retourne pour voir le tableau encore une dernière fois.

Le vigile a pris la femme dans ses bras elle chiale sur son épaule, intarissable.

Puis au bout de l’allée centrale je reconnais la bouchère qui s’amène avec un gamin qu’elle tient par la main.

La mère aussi a du repérer l’évènement, elle repousse le vigile et s’avance vers la cordelette qui interdit l’entrée du magasin entre les caisses.

Kévin mon amour viens voir maman j’ai des images saugrenues du film Titanic qui surgissent soudain.

Puis la nausée d’un coup et je m’élance vers le parking.

Il fait frais, un petit vent s’engouffre sous les vêtements pour piquer la peau. En avançant vers mon véhicule je me demande comment j’aurais pu appeler mon gamin si un jour j’avais eu l’idée d’en avoir un.

Surement pas Kevin je me dis oh non surement pas.

huile sur toile 20×20 cm Patrick Blanchon 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.