Mensonge et politique

Il y a ce paradoxe, on voudrait bien que les politiques nous disent la vérité alors que nous savons très bien que leur fond de commerce n’est bâti que sur le mensonge.

C’est surement le mot « vérité » qui pèche dans cette histoire.

Quelle vérité ? sinon celle qui plaira statistiquement à l’audience de chacun…

Ainsi l’un propose un programme pour continuer les croisades tandis qu’un autre propose de recycler les déchets, un autre veut bannir toutes les inégalités sociales etc.

Du coup,

La valse des sondages repart de plus belle sur des sujets de plus en plus anecdotiques. Sondages commandés dans le seul but finalement de créer une opinion plutôt que de la recueillir.

Car franchement qu’en avons nous à battre de la couleur d’une cravate ou d’un caleçon ? c’est à peu près de ce niveau là.

Le sondage ainsi n’est qu’un mensonge supplémentaire s’ajoutant à toute la chaine.

Ainsi par ce jeu de mensonge et vérité la vision de la politique n’est plus perçue que dans une vision grotesque, infantile d’un point de vue d’adulte.

Car les enfants auraient de bien meilleures idées c’est évident si on les laissait s’exprimer.

Mais nous sommes désormais dans une gigantesque cour d’école où les grands jouent à des jeux très sérieux, ce fameux sérieux qui sert à évincer les petits, les plus faibles, les sans voix.

Au bout du compte toutes les institutions finissent par être vides de sens par manque de confiance de la part des petits et des grands.

On peut chercher des responsables, des fautifs comme toujours mais je crois que ce sera encore du temps de perdu.

Il faudrait sans doute se tourner vers la science et notamment ses avancées dans le domaine du quantique, des particules.

Depuis que l’on sait qu’il n’existe pas de mensonge ni plus que de vérité sur ce qu’est une particule et surtout que l’observateur fait partie intégrante de toute expérience, toute observation.

Certains en sont venus à s’en aller garder des chèvres, ou planter des choux, à abandonner la scène scientifique ou politique pour bien moins que ça.

Limites du désordre 100×100 cm huile sur toile Patrick Blanchon ( accidentée en attente de réparation)

Il y a de cela quelques mois je me revois tenter de ranger l’atelier, de lutter contre le désordre en lui opposant un ordre que j’aurais fantasmé immuable.

J’avais réalisé cette grande toile un peu comme on crée un totem.

Il y a quelques jours elle s’est décrochée lors d’une exposition, la toile est crevée, bien abimée, je l’ai mise de coté dans la remise en prévision d’une réparation à venir.

Et en même temps que je pense à cet article sur le mensonge et la politique je me demande dans quel but je devrais la réparer cette toile. Car finalement c’est une forme de réponse que cet accident.

Pourquoi devrait il y avoir une limite entre l’ordre et le désordre pas plus qu’entre le mensonge et la vérité ou la politique ?

Comment s’y prendre dans ce cas pour en créer ? et à partir de quel arbitraire finalement ?

2 réflexions sur “Mensonge et politique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.