Perspective

Puisque je suis peintre, que le dessin et la peinture occupent la majeure partie de mes pensées, j’utilise souvent ce que j’arrive à comprendre de mes expériences en ces domaines pour m’aider à me représenter le monde. Si j’utilisais d’autres lunettes, j’en ai fait l’expérience à mes dépens, je ne verrais pas grand chose de celui-ci.

Je buvais tranquillement mon café en tentant de mettre un peu d’ordre dans les priorités de la journée en ne sachant toujours pas à plus de 60 ans comment les ordonner correctement lorsque l’idée de perspective surgit soudain de façon totalement impromptue.

Je me suis demandé si cette idée que je maîtrise assez bien dans ma pratique sans trop me vanter ne pourrait pas m’aider à mettre un peu de logique dans l’établissement des priorités.

Il faut en général installer 3 plans pour percevoir une perspective, une profondeur.

Le premier plan est ce qui se trouve le plus proche de l’observateur, il se caractérise pas un contraste fort, et une visibilité nette des détails.

Le second n’est pas dénué de contraste mais les valeurs se rapprochent peu à peu, créant ainsi moins de différence de contraste.

Quand au troisième il se caractérise souvent pas son aspect flou, sans contour, et les valeurs se confondent et s’épousent gentiment dans ce que l’on peut appeler « le lointain ».

Ce qui serait le plus proche, le plus contrasté et le plus précis ce sont les milles et unes obligations auxquelles nous devons faire face souvent dans l’urgence.

Ainsi par exemple payer la facture d’eau dont la date limite se rapproche dangereusement, surveiller les comptes bancaires pour ne pas atteindre les 15 jours fatidiques de découvert qui déclencheront la ponction d’agios. Aller faire les courses pour pouvoir remplir le frigo lorsque celui ci se trouve vide. Prendre une douche, se brosser les dents, changer de caleçon, et de chaussettes. Puis une fois que tout est fait, préparer la journée à l’atelier, le balayer, le ranger, prévoir les différents cours, réviser les notes, vider les pots d’eau pour les rincer et les remplir à nouveau, afin de recevoir les élèves dans les meilleures conditions.

Penser ensuite à des projets que je place sur le plan moyen.

Les expositions auxquelles j’ai promis de participer, les différentes commandes en cours, les thèmes personnels, les séries que je me commande à moi seul, noter aussi sur mon carnet de racheter du Gesso, du noir de bougie, du rouge écarlate sitôt que j’aurais le temps de me rendre au magasin lyonnais où je me fournis. Le plan moyen se situe en gros dans la proportion d’un trimestre.

Puis viennent les rêveries dans lesquelles l’imaginaire et la réalité se confondront souvent.

Ce sont les projets abracadabrant que je conserve au fond de moi depuis l’enfance, comme par exemple me rendre aux Galápagos, en Australie, ou encore au Groenland, participer à un salon international propulsé par une galerie de renom, rencontrer Monica Bellucci, gagner le gros lot au loto, publier un roman non encore écrit, faire du sport pour pouvoir à nouveau grimper aux arbres, terminer un jour tous les travaux de la maison, mourir en plein sommeil sans me rendre compte de rien. Etre enfin un héros qui sauve une ou deux vies, notamment et de préférence celle de Monica Bellucci tant qu’à faire.

Dans le fond j’en ris tout seul bêtement. La vérité quand je pense à la perspective c’est que c’est à peu près le même bordel que dans la tentative de mise en place des priorités de cette journée. Il y a quelque chose de fractal qui ne cesse de se développer, une graine de désordre ontologique si je peux dire qui se duplique comme un virus de plan en plan.

Un sorte de cancer. J’y pense beaucoup en ce moment en raison de toutes ces cigarettes que je ne cesse pas d’allumer les unes après les autres. En ce moment je les éteints à moitié chemin.

Sans doute un paradoxe encore entre cette idée de créer, de vivre, de peindre et tout ce qu’il faut déblayer chaque jour comme merde pour pouvoir ouvrir la porte de l’atelier le cœur léger, l’esprit alerte, en sifflotant pour me rendre jusqu’au chevalet.

Juste une perspective brumeuse entre la vie et la mort qui ne cesse de modifier tous les plans les , les miens comme celui de nombreux autres, peut-être aussi ceux de Monica Bellucci elle-même, va savoir.

Du coup j’ai tout laissé en plan comme d’habitude et je me suis mis à dessiner sans réfléchir sur ma tablette.

Dessin sur tablette avec logiciel Procreate Patrick Blanchon 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.