L’art refuge, l’art ouverture.

7 milliards et demi d’individus et toutes les difficultés du monde pour accorder la chorale. Alors oui l’Art peut être un refuge pour s’éloigner un instant de la cacophonie générale, mais il peut être aussi après cela un diapason pour parfaire sa propre écoute et découvrir sous l’apparent chaos une harmonie poignante, souvent insupportable. Car ne vaut il pas mieux travailler sur ce qui nous appartient vraiment plutôt que sur une vague impression que produit un mot ?

Sans doute cette approche s’effectue t’elle en deux temps pour celui qui veut exprimer la présence.

Le refuge, le repli sur soi en quête de justesse en énumérant tous les couacs dans l’espoir de redresser le gouvernail. Le fantasme de parvenir à la note claire, à la justesse, au pur écho. L’exploration des reflets à la surface de l’eau à un point si extrême qu’on ait envie de se confondre en eux. Narcisse plongeant dans sa propre image ou dans l’image d’un monde crée à sa propre image ce qui revient au même.

Se coupant à jamais ainsi de l’autre.

Ou bien au contraire, s’extirper du reflet, regagner la rive et s’y hisser, puis se remettre debout et ouvrir grands les bras pour accueillir l’autre.

C’est ainsi sans doute qu’après la retraite forcée dans l’espérance des grâces des refuges, des salvations personnelles on finit par comprendre l’égarement, ce puit sans fond que propose le refuge et que l’on désire s’en éloigner.

Avec un enthousiasme de chercheur d’or bien souvent, comme quelqu’un qui aurait enfin été éclairé vers une « bonne direction », vers le profit à tirer d’une quelconque destination lui faisant miroiter encore cette inflation du moi.

Il faut bien en passer encore par là avant de trébucher encore et encore, de se tapir sous une pierre, dans une caverne, sous un pont pour remettre un peu d’ordre dans ses idées jusqu’à comprendre que ce serait encore mieux si on n’en avait pas, d’idée.

Reste le mystère de l’autre insoluble par cette voie labyrinthique, par ce jeu de l’oie.

Si la peinture, si l’art en général ne permet pas d’être ouvert à l’autre, de lui offrir un lieu et un temps de repos, d’amitié, d’intelligence à partager gratuitement, peut être alors vaut il mieux se lancer dans la confection de pâté en croute, de terrines, de bons plats à partager avec force blagues et autres saillies et billevesées sans importance.

C’est cette sorte de magie que j’attends de l’art désormais. Non pas que par sa fréquentation je m’élève vers le génie pour imaginer naïvement m’y hisser à mon tour, mais tout le contraire, pour rencontrer des femmes et des hommes les plus « abordables » du monde. Abordables comme des iles en plein milieu des cités, abordables comme des armistices au beau milieu de la guerre.

On nous a trop dupé et on s’est dupé tout seul par habitude de penser l’art comme appartenant à ce génie là, celui de la rareté, de l’habileté et de la performance. Le génie crée par une élite qui ne cesse depuis des lustres de ce mirer dans celui ci.

On parle d’une nouvelle renaissance désormais, d’une Renaissance « sauvage ». Et sans doute en faudra t’il un peu de la sauvagerie pour s’extirper du narcissisme afin de rejoindre le monde. D’ailleurs pas seulement le monde des hommes, mais le monde en tant que Terra incognita. Un monde que nul ne connait encore. Un monde à créer tout simplement par l’art de se dire bonjour, comment vas tu, de quoi pouvons nous discuter ensemble sans nous étriper ?

Si l’art ne sert pas à cela, à vivre ensemble entre nous, à vivre au monde tranquillement sans le détruire par peur ou par profit, je me demande bien à quoi il peut bien servir…

Scribe Egyptien, Musée du Louvres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.