Du manque de suite dans les idées.

J’aurais pu être riche, conduire une Lamborghini, une par jour de la semaine et de couleur différente, séduire Monica Bellucci, et même l’épouser, mais ce ne devait pas être mon désir le plus profond en fin de compte. Tout ça n’était que de petits désiderata de surface, du copiage, du plagiat et rien de plus.

Le fait est que j’ai mis des années à me flanquer des baffes et à baver des ronds de chapeau parce que je ne parvenais pas à suivre ce genre d’idée qui traine un peu partout dans les bas fonds de l’âme humaine.

Au lieu de ça je me suis lancé dans la recherche fondamentale, notamment la scission du poil de cul en un nombre infini de parties.

Et puis après l’excitation, l’enthousiasme de comprendre à quel point j’étais plutôt doué dans l’art de me faire tout seul des nœuds au cerveau, je me suis lancé dans l’étude du dénouement. Même excitation, même enthousiasme. Cependant avec toujours cette cruelle absence au centre de moi-même, je veux parler de ce manque total de suite dans les idées.

J’ai sauté mille ânes et je ne sais plus combien de coqs dans un sens puis dans l’autre sans me faire attraper par la clique de Brigitte Bardot sans compter tout le reste. Ce dont j’aurais aussi pu être fier comme ces vétérans dont les pensées ne cessent de tourner en boucle sur les bordels de Saïgon, de Tombouctou, ou de Tizi Ouzou en ne cessant de me souvenir du « bon vieux temps » où l’on pouvait s’éclater sans vergogne.

Mais voici qu’au manque de suite dans les idées je me retrouve avec des trous dans la mémoire. De grands pans de celle-ci se détachent d’une banquise imaginaire et s’égaient sous forme de glaçons géants dans la mer bleue marine.

Je crois que les deux sont liés d’une façon atomique, électronique, moléculaire. Quand on découvre que l’on marchait sur une route imaginaire qui ne mène à rien, quand on en prend réellement connaissance ou conscience, alors tout ce qui se rattachait à celle ci, le décor, les personnages, les événements glissent doucement vers le néant que l’on nomme faute de mieux l’oubli.

Ce qui est ballot car j’aurais au moins pu prendre quelques notes, cela m’aurait permis d’écrire deux ou trois Don Quichotte. Si le désir d’en écrire eut été véritable, ce dont je doute également.

Le doute joue d’ailleurs son petit rôle de souffleur dans toute cette histoire. Il est toujours planqué dans son trou à deux pas du narrateur. Il est là pour freiner l’excitation et l’enthousiasme évidemment. Sinon imaginez ça continuerait comme ça jusqu’à la Saint Glinglin.

Si l’éducation nationale voulait vraiment éduquer les gens plutôt que d’en faire des moutons obéissants, elle mettrait le paquet sur la quête d’authenticité des désirs.

Tout commencerait dès la maternelle par un « qu’est ce que tu veux vraiment ». Mais j’imagine qu’on n’a pas encore trouvé une société digne de ce nom fondée sur un tel principe. Pour le moment il n’y a qu’un tout petit groupe de personnes qui sait ce qu’il veut, et ce qu’il veut ne fait pas vraiment rêver.

Car voilà le maître mot de toute cette histoire à dormir debout : Rêver. Une fois qu’on y a gouté comment peut-on ne pas vouloir recommencer et ce tous les jours autant qu’on le peut.

Le problème c’est que les rêves sont volatiles, et qu’ils sont aussi à trous comme le fromage helvète.

Il faut patienter un sacré long moment, une vie entière surement pour constater qu’en fin de compte tout ou à peu près est muni d’un orifice central qui aspire la périphérie.

Que ce soit le désir, les idées, l’amour, le rêve, et même le quotidien avec ses fins de mois.

Du coup voilà pourquoi certainement j’ai ce fabuleux manque de suite dans les idées depuis toujours, c’est la présence du trou qui sans cesse me fait bifurquer pour ne pas tomber dedans trop vite assurément.

Je suis comme cette estafette qui courre comme un dératé sur le champs de bataille parmi les obus qui éclatent, les copains qui crèvent et un sale con qui gueule là bas, planqué derrière un talus : A l’assaut !

J’esquive le pire, je zigzague sans relâche pour ne pas me retourner et me transformer en statue de sel, j’invente sans arrêt des jours meilleurs que je jette au feu par temps calme et puis c’est tout.

7 réflexions sur “Du manque de suite dans les idées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.