L’enthousiasme mal adressé

Il y a un homme qui vient à mes cours et qui peint avec une facilité, une rapidité déconcertante. Là où normalement les autres mettent une demie heure à réaliser un exercice plus ou moins laborieusement, lui ne met guère qu’une ou deux minutes. Du coup une fois l’exercice achevé il s’empresse de prendre une nouvelle feuille et de recommencer plusieurs fois et de façon légèrement différente la même chose.

J’ai tenté de le féliciter puis de le mettre en garde alternativement pour mesurer sa réaction. Généralement il secoue la tête en dénigrant son travail et je comprends qu’il n’en est jamais vraiment satisfait mais qu’il ne peut faire autrement que dans cette sorte d’urgence. C’est comme on dit « plus fort que lui ».

Lorsqu’on le félicite- le groupe le félicite régulièrement, je le vois aussi gêné par le sentiment d’enthousiasme qui se propage dans la salle et qui l’atteint. Visiblement cet enthousiasme lui pose problème. Et pour le tirer d’affaire j’émets une deux petites réflexions critiques, en le prévenant de faire attention à cette urgence qui l’envahit totalement lorsqu’il peint.

Car je décèle alors deux types d’enthousiasmes et dont le mélange est détonnant. Un enthousiasme sensuel à barbouiller le support de peinture, qui est issu directement de l’intime et cet enthousiasme projeté par le groupe à son encontre dont il ne sait que faire à proprement parler.

Entre alors sur scène la dérision. Il s’amoindrit publiquement en disant j’ai fait ça comme ça, ou bien au contraire en tentant d’atteindre un second degré il avoue qu’il est en fait un génie depuis longtemps incompris.

Ce qui me touche chez cet homme évidemment est un écho de ce que je vis quotidiennement face à mes toiles. Ces moments d’enthousiasme intenses dont je ne sais véritablement pas quoi faire.

Autrefois je me les attribuais et cela m’aidait à acquérir un peu de confiance en moi mais comme tous les timides je dépassais rapidement les bornes. C’était assez lamentable lorsque j’y repense.

Cet enthousiasme devrait aussitôt se ranger dans la catégorie de la gratitude sans trop chercher le pourquoi ni le comment.

Tout enthousiasme qui ne va pas immédiatement dans cette case là n’est rien d’autre qu’un enthousiasme mal adressé.

La tentation de Saint Antoine 2018 Patrick Blanchon ( vendu)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.