De multiples réalités

Hier encore quelqu’un me parlait de la réalité, en mettant une majuscule au mot, ce dont je me dispense étant donné que je ne désire pas élever ce terme ni sur un piédestal, ni à la hauteur d’une sorte de divinité.

Car après tout, à plus de 60 ans passés j’avoue ne pas savoir ce qu’est cette fameuse « Réalité » que d’aucuns révèrent. Pas plus que ne sache ce qu’est Dieu, le diable, la paradis et l’enfer.

J’ai tout oublié des campagnes
D’Austerlitz et de Waterloo
D’Italie, de Prusse et d’Espagne
De Pontoise et de Landernau

Ainsi que le chante le poète,

Et de plus et non sans une petite pointe de regret j’ai oublié à peu près tout de cette première fille qu’on prend dans les bras la première fois.

Cette faillite de la mémoire je me retrouve nez à nez, avec elle, ce matin au petit déjeuner puisque nous avons invité la mère de mon épouse à venir passer quelques temps auprès de nous.

Elle a tout oublié ou presque elle aussi, ce qui me fait éprouver encore plus que d’ordinaire de la tendresse pour mon épouse qui je le vois bien serre les dents, bout, trépigne lorsqu’elle s’aperçoit que tout ce qui a été convenu hier, comme par exemple le troisième rendez vous pour se faire vacciner, la liste des courses à faire, et je ne sais plus quoi d’autre, ne laisse plus la moindre trace le lendemain dans la mémoire de la vieille dame, accessoirement ma belle-mère.

Face à cette dissipation intempestive des souvenirs on peut se trouver démuni car cela mine profondément à la fois le lien superficiel que l’on entretient avec les autres suivant les rôles que nous attribuons.

Cela signifie qu’une réalité est en train d’en remplacer une autre, que cette mémoire commune qui s’évanouit chez l’un ou chez l’autre est quelque chose de l’ordre de l’irrémédiable et qui nous fait douter justement en tâche de fond de la « Réalité » toute entière.

Car sans ces souvenirs communs, sans cette mémoire sur lesquels nous comptons tous pour nous rappeler qui nous sommes, qui sommes nous vraiment ?

L’être tout au fond est comme un coquillage que les marées successives, la concaténation et la désagrégation des souvenirs fait rouler sur le sable doux des profondeurs océaniques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.