On ne voit que ce que l’on pense.

Plutôt que d’entrainer qui que ce soit à s’allonger sur un tapis à clous dans des postures bizarres pour rejoindre un hypothétique état de béatitude, je propose de prendre un crayon et d’aller dessiner.

ça a l’air facile comme ça au premier abord, ou difficile, et on pourra bien penser ce que l’on voudra d’ailleurs, ça fait certainement beaucoup moins mal aux articulations que tout ce que j’ai bien pu tenter pour obtenir une tout petit moment de paix.

Le problème du dessin comme le problème de beaucoup de domaines d’ailleurs c’est la pensée.

Si vous dessinez ce que vous pensez voir ce n’est pas ce que vous voyez réellement si je puis dire.

Cela demande un peu d’effort pour comprendre la nuance, une nuance de taille pourtant à peu près aussi énorme que la fameuse vache dans un couloir.

Des efforts et aussi une certaine forme de discipline qui consiste à répéter l’opération de nombreuses fois, jusqu’à ce que l’on comprenne enfin qu’il suffit d’observer seulement ce que l’on veut dessiner, s’appuyer sur les proportions, les formes géométriques, plisser les yeux pour voir différemment l’ensemble en gommant les détails parasites. Autant de petites choses qui constituent ce que j’appelle un processus de travail. Une sorte de rembarde pour ne pas tomber dans la pensée loufoque ou l’imaginaire débridé.

Ce n’est pas que je répudie l’imaginaire bien sur mais je ne donne pas au dessin ce rôle.

Le dessin sert à voir plusieurs petites choses et la première n’est pas la moindre c’est de voir comment nous voyons.

Et on voit rapidement celui qui pense dessiner et qui en fait reste dans la pensée.

Dessiner sans penser est-ce possible alors ?

Je ne dis pas qu’il ne faut pas penser du tout, de toutes façons c’est bien rare qu’on y parvienne.

C’est pour ça que je propose des processus comme des mantras, pendant qu’on pense à ça on ne pense pas à autre chose et l’œil est libre de regarder puis de voir.

Du coup on ne voit que ce que l’on pense peut très bien fonctionner si on ne pense pas à tout mais à un nombre très limité de choses comme la nature d’une forme, d’un trait et de leurs relations dans l’espace.

dessin modèle vivant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.