Le cochon truffier

Ventre à terre, le groin au contact du sol, le cochon truffier ne lâche pas l’affaire. Tant qu’il ne trouve pas l’or noir, le diamant, la truffe, il cavale en agitant sa petite queue en forme de tire bouchon.

C’est en murmurant ce genre de phrase après une nuit mouvementée et un gout de langue morte dans le bec, que je suis tombé sur V.

Elle se tenait à mes cotés et je ne vis d’abord que ses cheveux et un bout d’épaule. Puis en tirant un peu sur le drap je découvris peu à peu le reste. Une brune tout à fait convenable. Sauf que je ne me souvenais pas du tout des présentations.

Cela a toujours été facile d’oublier. Une sorte d’Alzheimer extrêmement précoce. toute la mémoire à court terme ne tient pas plus longtemps que la mousse sur un blaireau.

A condition que l’on se rase quotidiennement, ce que je ne fais plus depuis belle lurette. Avec l’âge je récupère tout un tas de souvenirs en vrac dont je ne sais la plupart du temps que faire.

Elle s’étira doucement puis se retourna et elle n’eut pas l’air aussi étonné que je l’étais.

Elle avait des yeux noisettes et une bouche en forme de fruit rouge écrabouillé. De la framboise peut-être.

Nous restâmes silencieux un petit moment, un mélange de gène atténué par la douceur, la chaleur des draps

Et c’est à ce moment que quelque part dans la ville le chant du muezzin s’éleva pour appeler les fidèles à la prière.

Je voulu dire quelque chose mais mon oreille ne reconnut pas ma voix. Et soudain je me rendis compte que je m’exprimais en farci.

Je restais néanmoins stoïque et regardais autour de moi pour observer le lieu où nous étions.

C’était une grande pièce aux murs blancs, avec peu de meubles et au plafond les pales d’un grand ventilateur qui tournaient lentement.

Peu à peu les choses me revinrent enfin et je me rappelais que la veille j’avais été invité chez le consul.

La sensation oppressante de l’ennui me saisit à nouveau et peu à peu les silhouettes, les voix, les lieux semblèrent se redessiner surgissant de la somme des blancs.

Et parmi toutes ces silhouettes cette femme s’avança encore vers moi avec un verre à la main et une bonne dose de mélancolie dans l’œil.

Monsieur le poète récitez nous donc quelques strophes je vous prie, puis à voix basse elle ajouta parlez moi encore de la chasse au Simurgh mon très cher Farid.

Et là je me souvins de mon nom enfin, je revis toutes les vallées de larmes que j’avais du traverser pour me retrouver là près de cette inconnue, dans cette soirée dont les propos sans intérêt m’avaient exclus.

Elle du s’apercevoir de mon trouble car elle se présenta en me tendant la main.

Je suis V. l’épouse du consul. J’adore vos poèmes, ne vous faites pas prier, puis elle m’entraina vers un escalier, un couloir, une chambre et une fois là elle plaqua son corps contre le mien sa bouche tout près de mon oreille.

Récitez-moi.

Et peu à peu le désir monta en moi accompagnant le sien puis le guidant et je me mis à laisser sourdre le son légèrement étranglé du rossignol.

Je retrouvais le nom des trente oiseaux, de toutes les excuses pour abandonner la quête qu’ils se donnaient.

Je retrouvais les 7 vallées depuis Talab jusqu’à Faqr

Et plus je me souvenais de toutes ces choses plus la belle brune me regardait intensément et plus mon désir se réactualisait écartant les doutes, la gène et la fatigue de cette longue vie.

Lorsqu’elle se pencha sur mon visage son regard avait la profondeur de la nuit noire sans étoile.

Elle murmura juste avant de m’embrasser prend moi mon cher Farid, mon cher cochon truffier.

Illustration Conférence des oiseaux Farid Al-Din Attar

2 réflexions sur “Le cochon truffier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.