Ces petites choses qui encore nous relient

L’idée de faire un ragout d’agneau m’est tombée dessus comme une envie de fraise chez-parait-il- les femmes enceintes. Un ragout d’agneau aux pommes de terre avec beaucoup d’oignons et du vin blanc comme le faisait si bien ma mère. Ce sont à ces occasions que je me souviens, moi aussi j’ai eu une mère.

Une mère qui était ce qu’elle était, mais qui, avec les moyens du bord faisait souvent des merveilles culinaires.

J’ai déjà vidé mon sac la concernant, je ne vais pas remettre le couvert. J’observe simplement, je remarque que quelque chose continue à nous relier dans l’invisible et dans l’absence.

Parfois lorsque j’allume une cigarette (elle fumait énormément) lorsque à Noël reviennent les oranges, son présent favori, qu’elle me donnait comme s’il s’agissait d’une panoplie de Zorro, et puis le ragout d’agneau évidemment .

Le lendemain c’était toujours bien meilleur réchauffé. Et puis elle me faisait un clin d’œil, j’ai rajouté des pommes de terre que t’aimes tant et encore du vin blanc.

Cigarettes et vin blanc cancer du colon et cendres dispersées aux quatre vents.

Ce sont pourtant toutes ces petites choses qui encore, toujours, nous relient

Que je ne cesse de relire.

Huile sur toile 2018 Patrick Blanchon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.