L’art de se détacher

Pour se détacher, c’est ballot je sais, mais la première chose à voir ce sont les liens.

Saisir enfin à quel point nous sommes liés à quelque chose produit l’effet d’un saut quantique.

Encore que ce n’est là qu’une simple supputation. Etant donné que je me sers de l’expression pour indiquer ce qui est désormais un cliché, une évidence aveugle.

C’est pourquoi il faut une vie entière car l’illusion de la liberté est comme un bandeau sur les yeux que nous réajustons sans relâche.

Cette soif de liberté qui fait passer toutes les eaux sous notre nez au fur et à mesure où l’on avance les lèvres, ces déceptions de ne parvenir jamais à l’étancher.

Remonter à l’origine de cette soif prend bien une vie. Et sans doute est-ce au moment même où l’on saisit que tout n’est qu’ersatz, subterfuge, détours et simagrées que le lien invisible surgit dans le visible.

C’est pourquoi se détacher n’est rien, à peine une formalité.

Ce qui est important est toujours une relation entre les informations plus que l’information elle-même.

J’ai toujours été hésitant à me dire artiste, que ce soit au travers de la peinture comme de l’écriture et encore auparavant vis à vis de la photographie, de la musique.

Cette hésitation provenait d’une lucidité je crois qui ne me permettait jamais de m’accaparer ce mot.

Les choses me traversent et je ne suis qu’un passage, parfois simple mais le plus souvent encombré.

Cet encombrement est constitué de toutes les petites choses de la vie, toutes les pensées, les émotions, les sentiments qui en résultent. Ce sont toutes ces frictions entre ignorance et connaissance et d’où naissent parole et silence.

Et la parole vaut le silence en tant que matière à encombrer ce passage.

Il faut tenir dans l’entre-deux mais là aussi s’apercevoir du lieu demande peine et temps.

Ensuite ouvrir ou fermer le passage est certainement une simple formalité tout comme le détachement.

Car on ne peut le tenir toujours ouvert pas plus que toujours fermé. On ne peut pas rester sur une position certaine à moins d’effectuer un choix.

Ce choix d’ailleurs sur quoi s’appuyer pour l’effectuer véritablement ?

Puisque tout est impermanent à part l’impermanence des choix.

C’est cette impermanence qui est difficile à supporter. Mais c’est aussi le but vers lequel tout tend à nous diriger qu’on l’accepte volontiers ou pas.

L’art de se détacher rejoint l’art tout entier car on y retrouve les mêmes illusions, les mêmes désirs, les espoirs et les déceptions jusqu’à comprendre que l’art n’est pas un but en soi mais un moyen.

Si l’art est un moyen, cet art que je portais si haut dans l’estime qu’il se confondait avec le but, que reste t’il au-delà de celui-ci ?

Tout ce que je peux inventer, imaginer je le sais d’avance est erroné.

Ne reste plus qu’un ébahissement, une perplexité, l’étonnement doux de me retrouver face à un vide inqualifiable.

Je suis comme l’un des trente oiseaux du conte face à une forteresse vide doutant de l’existence du Simorgh.

Parfois l’espoir m’empêche de m’endormir, parfois la déception me colle au sol et je ne me sens même plus apte à voler.

Et bien que je connaisse l’issue du conte, que je sache que la forteresse peut s’éclairer n’importe quand et le Simorgh enfin surgir, solaire évidence, je ne peux m’empêcher d’éprouver cette fatigue, celle provoquée par tous les reflets.

L’origine de ces reflets qu’en sais-je ?

Rien

Et sans doute est ce un pas encore à effectuer de renoncer à vouloir le savoir.

Et parfois je me dis qu’un soleil plus vrai que celui-ci se cache pour que j’apprenne à plonger plus avant mon regard dans la nuit.

Pour que je sois nuit tout entier.

Illustration Cantique des Oiseaux Photo internet ( si vous connaissez le peintre dites le moi )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.