La fulgurance de l’hésitation

Une phrase de Nicolas de Staël tourne dans ma tête depuis l’aube concernant l’idée de la fulgurance en peinture.

Il parle de la fulgurance de l’autorité et de la fulgurance de l’hésitation à propos de la peinture, et il me semble qu’il les place sur le même plan, comme deux chemins menant à une seule et même destination.

Quelle est cette force qui sitôt qu’une certitude se présente m’oblige à pénétrer dans le doute, dans l’hésitation ?

En surface elle ne me culpabilise que pour détourner mon esprit de sa véritable fonction.

Ne pas accorder de confiance à la certitude. Repousser le moment d’être certain de quoi que ce soit.

On peut aussi bien voir les choses ainsi n’est-ce pas ?

On devrait en être au moins un peu conscient, juste ce qu’il faut.

Que cela s’achève par une tragédie dans le cas de De Staël n’est probablement pas dû à la peinture.

Plutôt à ce qui le poussait à peindre. Et aussi à préférer les amours impossibles.

Il est mort jeune, 41 ans… Que sait on à 41 ans ? Sans doute pas moins qu’à 62. Et cette pensée m’attriste en même temps qu’elle me redonne un regain d’espoir.

Se dire qu’on ne sait jamais rien, avec certitude, laisse apparaitre une sorte de palimpseste à la surface des peaux de chagrin. Quelque chose qui se révèle par l’hésitation, la biffure et la rature le tout accompagné d’un parfum de citron acide.

Scène de rue, 2010 Acrylique sur toile 60×80 Patrick Blanchon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.