L’éducation financière

J’étais en train de rêvasser au volant de ma désormais légendaire Dacia lorsque j’eus ce reflexe d’allumer la radio, encore une fois.

Il était question de pouvoir d’achat et d’éducation financière et je ne sais pas pourquoi, car les chiffres peuvent être interprétés de tellement de façons, ce qui leur vaut mon indifférence quasi totale, j’ai prêté l’oreille à la discussion, dans l’espoir de la récupérer suffisamment vite pour passer à autre chose, évidemment, comme toujours.

Puis soudain mon oreille se fit distraite, je me concentrais sur la route et le propos ne fut plus qu’un bruit de fond suffisamment désagréable pour me maintenir dans la vigilance.

Je réfléchissais à ce mot d’éducation. Je me disais qu’on le rencontrait désormais tellement souvent et pour tout un tas de choses hétéroclites qu’il devait y avoir anguille sous roche.

L’ignorance aurait-t ‘elle atteint l’hypogée d’une courbe tracée dans un obscur bureau ministériel que soudain on se mette à crier au loup et qu’on nous bombarde de formations, de programmes éducatifs aussi souvent et allègrement que possible ?

L’éducation aux savoirs

L’éducation du citoyen

L’éducation à l’esthétique

L’éducation anglaise

L’éducation du sujet

L’éducation à la Montessori

L’éducation au plug anal

L’éducation culinaire

L’éducation pour tout et rien.

Nous sommes un peu noyés dans tout ça comme nous sommes noyés dans l’ignorance tout court.

Et du coup je me posais la question du pourquoi.

Pourquoi autant d’incitation à vouloir éduquer les gens alors que finalement pour tout gouvernement un peu malin les laisser dans l’ignorance serait plutôt la bonne marche à suivre.

Et bien voilà le problème c’est que ça ne fonctionne plus. Il y a eu une petite révolution mondiale dans laquelle l’ignorance crasse s’est élevée tout à coup à une sorte de savoir, surtout un savoir dans l’art de répondre tout et n’importe quoi à n’importe quel questionnement.

Pourquoi fait-il beau ?

Pourquoi fait-il chaud, froid ?

Pourquoi mon fils ma fille n’a t’elle pas de bonnes notes à l’école ?

Pourquoi la terre est t’elle ronde et pas plate ?

Pourquoi ceci ? pourquoi cela ? autant de questions qui, autrefois, restaient par bonheur en suspens et permettait à tout à chacun d’aiguiser son imagination, autant de réponses approximatives désormais, et chose gravissime, comme si l’à peu près ne suffisait pas, ces réponses ont été estampillées par les autorités compétentes en matière de réponse, par le tampon du mensonge, de l’erreur, de la fausseté.

—Vous ne pouvez pas répondre ceci parce qu’en vérité c’est cela qu’est la vérité ! sinon c’est 135 euros d’amende. ( 135 doit être un chiffre magique parce que si on additionne tous ses composants on tombe sur un œuf, l’œuf de la connaissance probablement…)

Cette masse ou cette manne de programmes éducatifs est donc un outil destiné, comme autrefois le Coran, la Bible, la Tora, le Code de la Route à tenter de remettre un peu d’ordre dans le bazar avec ce but louable d’améliorer ce que l’on appelle le vivre ensemble.

Bien. Il faut toujours un peu se méfier des buts louables quand même, de peur de se mettre à louer n’importe quoi, n’importe qui pour n’importe qu’elle raison.

D’ailleurs je me demande si la laudation ( de lauder, laudatif, ve ) n’est pas un mode et une mode qui revient toujours une fois que d’autres modes sont démodés.

La louange serait ainsi le versant opposé d’un même pic dont l’autre est celui, glissant de l’anathème, de la calomnie, du blâme, et des critiques de tout poil.

( on remarquera que j’ai plus de vocabulaire, comme beaucoup d’entre nous, à propos de ce versant là qu’on pourrait dire ubac que sur l’autre l’adret.)

Nietzsche est certainement passé par là. Sa prophétie sur le ressentiment lié à la perception du monde des sous-hommes et leur jalousie malveillante envers les surhommes s’étant réalisée désormais à fond les ballons.

On donne des réponses désormais comme autrefois du pain et des jeux, et non pas dans des arènes, des stades, ça c’est pour le foot désormais, mais plutôt de préférence dans les programmes éducatifs.

Car le problème vient encore des Amériques. D’ailleurs quel problème ne viendrait pas des Amériques je vous le demande ?

Le marketing en voilà un de problème et fameux.

Vous mélanger ce problème avec deux ou trois autres comme par exemple le poste de télévision au salon et l’ordinateur ( ou la tablette, le smartphone dans à peu près tous les lieux où l’être humain ne peut plus vivre sans, et vous obtenez le citoyen français qui sait tout sur tout mais rien sur rien.

N’est-ce pas une manière de coloniser le monde vachement plus maline qu’autrefois ? je me demande.

Car du coup tout le monde veut tout. Tout le monde veut tout acheter, tout ce que l’on montre dans la pub.

Mais attention y a le pouvoir d’achat.

et le pouvoir d’achat baisse pour certains alors qu’il monte pour d’autres ( toujours les mêmes d’ailleurs comme c’est bizarre)

Donc y a shiisme, crucifixion, AVC, cancers à la pelle, ulcères et j’en passe forcément.

D’où l’urgente nécessité d’un programme national d’éducation financière. « Apprendre à gérer un budget »

Des antennes se montent un peu partout où de gentils bénévoles viennent aider les plus hargneux démunis à mieux gérer leurs sous. ( d’ailleurs souvent les bénévoles sont des anciens banquiers, fallait l’inventer non )

tout ça pour dire aux gens oui c’est vrai plein de choses sont à vendre et vous bavez comme des chiens de Pavlov devant mais vous ne pouvez pas vous les payer. C’est la vie c’est comme ça.

Des petits malins ont réussi le tour de force de saisir l’opportunité d’un tel chiasme évidemment.

Vous qui ne pouvez pas acheter au prix fort, venez chez nous on vous revend des trucs usagers, des trucs merdiques comme ça vous aurez l’impression d’être comme tout le monde et en plus vous surferez sur la vague écolo ! Elle est y pas belle la vie ?

La souffrance de ne pas pouvoir acheter des écouteurs iPod… vous vous rendez pas compte ! Nous on en vend des moins chers, bon bien sur il arrive que ceux-ci vous lâchent au bout de 2 jours, mais là n’est pas le problème, car dans le bus, qui donc verra que vous n’écoutez rien hein ? Pensez plutôt à ce plaisir ineffable de ressembler à tout le monde hein.

Voilà tout ce que produit en gros l’évangélisation du monde entier désormais ( sauf dans quelques peuplades qui rejettent Gillette et à peu près tout ce qui va avec).

Parce qu’en plus, pour renforcer les liens, vous balancer de l’éducation à toutes les sauces sur tout ce que l’on croit savoir et qu’on ne sait pas vous aller cracher au bassinet, soit de façon directe soit indirecte, c’est tout bien fait.

Et au bout du compte tout ça pour quoi ? Je vous le demande à nouveau ?

Et bien vous aurez le prototype parfait du crétin savant qui vous bassine pendant que vous découpez la dinde de Noël, ou tentez de faire des parts à peu près égales de foie gras.

( toute ressemblance avec des évènements ou des personnes de la vraie vie étant bien évidemment, parfaitement fortuite)

Heureusement que je suis peintre je me dis souvent. Heureusement et que j’ai appris à voir les tableaux en me reculant parce que sinon j’aurais encore le nez dessus, je trouverais qu’un truc cloche sans savoir lequel et ça m’embêterait drôlement.

2 réflexions sur “L’éducation financière

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.