Et ce n’est pas tout, j’ai aussi un côté fleur bleue

Fusain d’après un tableau vu sur internet

Je suis bon public. Une part de moi se laisse séduire extrêmement facilement par les niaiseries télévisuelles. C’est d’ailleurs pourquoi j’évite de regarder la télévision. Sinon, si j’allume le poste et m’assois sur le canapé, patatrac, Chantal Goya se transforme en Vierge Marie, et je déborde de compassion pour toutes les victimes des guerres, de la famine, de la connerie humaine dans le monde.

A un tel point que des fois je pleure, je ne vous mens pas.

Un jour je me baladais quai de Seine en lorgnant les boites des bouquinistes et je tombe sur un petit livre de l’écrivain Panait Istrati . Rassurez vous si vous ne connaissez pas, personne ne connait plus Panaït Israti.

Et c’est bien dommage.

Je crois que le titre du roman était Kira Kiralina. Je m’étais arrêté pour feuilleter, lire quelques lignes de la préface écrite par Romain Roland qui félicitait l’auteur, d’origine roumaine d’avoir osé écrire tout ça en français s’il vous plait.

Bon il est vrai que c’est sans doute moins dur pour un roumain d’apprendre le français que pour un chinois. On a longtemps parlé français en Roumanie, je l’ai découvert plus tard. Mais l’effort me paru tellement stupéfiant à l’époque que je payais le marchand en tirant une croix sur ma beuverie du soir, puis j’allais m’installer au jardin du Luxembourg pour dévorer le bouquin.

J’ai toujours eu un appétit d’ogre que ce soit pour les livres, les femmes, la nourriture, le savoir en général. A un tel point que j’en suis toujours plus ou moins honteux par ces temps de disette, de restrictions de tout acabit, de paupérisation têtue.

Je suis capable d’avaler sans la moindre vergogne, tout ce qui passe à ma portée. jusqu’à ce le fond de la casserole soit vide, ou la dernière page tournée, ou bien qu’on me claque la porte au nez en disant pouce j’en peux plus.

C’est comme ça, c’est ma nature, qui puis-je ? J’ai essayé plusieurs fois de faire des régimes, de pratiquer toutes sortes d’abstinences plus ou moins imbéciles, rien n’y fait.

Donc je lis Panait Istrati, et je pleure comme un con devant le jet d’eau et le Sénat.

Pourquoi je pleure ? Parce que dans ce livre il y a une histoire d’amour impossible évidemment. Mais pas que. Il y a surtout une humanité incroyable qui se dégage de tout le bouquin, à chaque ligne. Une humanité que je ne trouve pas dans Paris à cette époque là.

La littérature parisienne ne se préoccupe que de son nombril en général c’est bien connu. C’est plutôt traité de façon chirurgicale, on pourrait parler même d’obstétrique. Des mecs qui passent leur temps à se demander si la taille de leur pénis est correcte en gros ou si leur prostate n’est pas un peu défaillante … bref

Moi j’étais plutôt littérature américaine, j’adorais qu’on me raconte des histoires, de vraies histoires. Et ils ne manquent pas du tout d’imagination outre atlantique, ils ont en même temps l’imagination et la naïveté de penser que çà puisse plaire au public. Gonflés les mecs.

Bref tout ça pour dire que j’ai d’un coté aussi la dent assez dure pour les branleurs ça s’est vrai aussi je ne mens toujours pas.

Panaït Istrati est tout sauf un branleur , c’est même un putain d’écrivain et je ne comprends absolument pas pourquoi on ne réédite pas son œuvre toute entière. Qu’on le promeuve.

Les éditeurs ont mollement essayé de le rééditer en 2020, un livre ou deux pour voir mais visiblement ça n’accroche pas en France.

C’est aussi là que l’on comprends combien les temps sont devenus durs pour tout le monde. On aurait bien besoin de bonnes histoires pas trop intellos avec des émotions humaines basiques afin qu’on puisse s’épancher de temps en temps, maintenir en vie notre petit coté fleur bleue, ce qui permettrait de ne pas le gâcher en chialant devant Chantal Goya ou Dorothée.

A coté de ça j’ai dessiné au fusain d’après un modèle trouvé sur internet; un visage de vieille femme un peu triste et hautaine.

Je ne sais pas pourquoi j’ai adoré ce modèle. Mais si on se met à tout vouloir décortiquer, on n’écrit pas des histoires, on fait de la psychanalyse n’est -ce pas …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.