Obliques

Le regard oblique des passants dans la chanson « les amoureux des bancs publics » de Georges Brassens provoque tout à coup, longtemps avant qu’elle se soit produite, l’écho d’une confusion à venir entre les mots entendre et écouter. Enfant, ai-je écouté ou entendu ce qu’allait produire cette déviation des regards accompagnée de quelques accords de guitare ?

L’ai-je analysée ? L’ai-je comprise ? Je ne crois pas.

L’oblique a pénétré mon oreille définitivement associée au mot regard, voilà exactement comment les choses se sont réellement produites.

Ainsi le son et la vue de biais et toutes les collisions produites pour échapper aux dictionnaires.

Car le terme dictionnaire n’est rien sauf le son de son suffixe en « naire » comme binaire, tortionnaire, imaginaire.

Ainsi le son d’un mot est souvent double, comme un chant diphonique ( diaphonique?) mongole

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.