Moins de cavaliers, plus de reines !

Il parait que sans les chasseurs, nous gens des villes serions envahis par toutes les bestioles des forêts et des bois sans oublier les champs, les marais, et j’en oublie

car je perds la mémoire de ce que fut autrefois cette idée, la représentation ( tout à fait fantasmée, imaginaire, rêvée ou cauchemardée )

de ce qu’est la nature.

Aujourd’hui j’ai vu un cerf traverser le village.

Rien à voir avec Noël, car Noël non plus n’est plus ce qu’il était.

Un grand cerf disais-je,

Le type même qui rend fou, pieu et solitaire à jouer tout seul aux cartes au haut d’un donjon.

On le voit et hop ! on sait que désormais ça ne sera plus jamais la même pour nous.

Un grand cerf dont la ramure est si puissante que je ne trouve plus de mots pour la qualifier.

Ne me reste que la ramure et tout ce que j’avais accumulé sur les ramures

pour flanquer dessus

Ou dedans.

Enfin je ne sais plus non plus.

Et pareil pour le grand cerf,

pourquoi « grand » cerf,

pourquoi pas immense et gigantesque ?

Grand comme quoi ? à coté du petit homme que je suis ?

On dit toujours grand par rapport à quelque chose de petit.

Un cerf oblique, qui obliquerait à travers tous les qualificatifs.

Un cerf qui échapperait à toutes les balles des chasseurs.

Pan pan, raté encore raté zut zut et re zut

ça ne sera donc pas sus, taïaut tue, mord, déchire.

Non ça c’est bien fini, haine ni ni

Aujourd’hui j’ai vu un animal, qui ressemble à un cerf mais je ne suis plus très sur.

Je ne sais plus si je l’ai vu ou si je l’ai rêvé.

A moi aussi il m’aura échappé.

Me voici jeune con au centre d’un carré vu d’avion

perdu dans les plans du tableau

Ce que je prends pour un animal ce n’est qu’un mot.

Vais-je me mettre à peindre des cartes à jouer pour passer le temps

atténuer par le jeu, la folie du roi qui voit des cerfs partout et s’en rend fou ?

J’ai déjà fait le maître Jacques ferais-je aussi le Gringonneur ?

Je ne sais plus ce que j’ai vu aujourd’hui

Pas plus qu’hier

et c’est tant mieux.

Et pour faire oublier au roi ses vertiges équestres

sur les cartes plus de cavaliers mais des reines et une papesse.

Au centre d’un carré huile sur carton 25×25 cm 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.