« Quelque chose qui illumine »

Parfois c’est intéressant de revenir en arrière, d’explorer. Ainsi un premier texte concernant le projet de travail commun avec Georges remonte au mois de novembre 2020

Peinture chamanique

Dans la notion du zéro, de cette idée de « repartir de zéro », de cette « pauvreté essentielle » dont parle le poète Georges Chich en prenant appui sur l’idée de visage, d’envisager le monde, il y a dans un même temps et dans un même lieu cette notion de retour et de départ. Et ce point peut-être n’importe où. Là où le désir existe encore. Un point né d’un double désir d’infini. Il peut également s’appuyer sur n’importe quoi comme sur quelque chose.

L’abstraction d’un point qui telle la particule se transforme sous le regard de l’observateur.

Brouhaha et silences sur le tamis de mailles fines de cette abstraction.

Comme les chercheurs d’or ont ce geste d’orienter dans plusieurs directions leur outil, de le secouer afin que l’eau lave la boue et la poussière, que les premières particules d’or scintillent.

Cette vie de chercheur d’or, d’alchimiste vaut mieux que l’or que l’on…

Voir l’article original 601 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.