Travestir la réalité

Le mot travestir me fait tiquer. A propos de John et de son premier roman (publié) , « Bandini » le rédacteur de la fiche Wikipédia n’y va pas de main morte.

 L’œuvre est habile, élégante, montre un Bandini/Fante sûr de lui et de sa folie, bien en adéquation avec la personnalité de Fante : menteur, joueur, il n’a pas hésité ici, et comme il ne cessera de le faire, de travestir la réalité, pour lui donner plus de substance, plus de goût, plus de puissance.

Est-ce que la réalité peut ressembler à une vieille pute aux bas filés qui fait le tapin dans les ruelles sombres de l’imaginaire ? Probablement un peu. Tout comme elle peut aussi être la Belle au bois dormant, dans l’attente d’un baiser charmant autant que princier.

Qui donc sait ce qu’est la réalité à la fin, qui donc le sait vraiment pour parler de travestissement ?

Et dans ce cas moi aussi je peux tout à fait m’y mettre, et de bon cœur aller

Voici donc le portrait revisité de John.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.